mercredi 8 décembre 2021

Contact

Ecologie Agriculteurs et apprentis climatologues : l’exemple colombien face au dérèglement

[Rêv’Earth] Agriculteurs et apprentis climatologues : l’exemple colombien face au dérèglement

Pour son quatrième reportage colombien, l’association toulousaine Rêv’Earth nous emmène à la rencontre de producteurs de cacao contraints de se transformer en apprentis climatologues.

Rêv'Earth cacao
Les producteurs de cacao de Colombie face au déréglement climatique © Rêv’Earth

Après s’être lancée sur les traces du singe araignée noir, avoir exploré des marais et visité une plantation de café biologique, l’équipe de tournage de Rêv’Earth est allée à la rencontre de producteurs de cacao colombiens victimes du réchauffement climatique.

Températures qui augmentent, eau qui vient à manquer, maladies qui prolifèrent et attaquent les cacaoyers… Pour leur quatrième reportage colombien, le duo de l’association écologiste toulousaine s’est rendu dans la région de Santander, une zone montagneuse connue pour ses fortes chaleurs et considérée comme la capitale locale du cacao. Ce voyage, dans des paysages grandiose, est l’occasion de découvrir comment les agriculteurs locaux tentent de s’adapter au dérèglement climatique qui complique, un peu plus chaque année, la production de cette délicieuse fève.

Agriculteurs et apprentis climatologues

Avec le soutien de la Fondation Natura, l’ONG la plus importante de Colombie, les producteurs de cacao colombiens développent des outils pour étudier le climat, comprendre son évolution et déterminer son impact sur les cultures. Promus apprentis climatologues, ces derniers peuvent ainsi adapter leurs modes de production tout en collaborant à la production d’une connaissance indispensable pour relever les défis de demain.

Par ailleurs, ce projet inclut des enfants et adolescents des écoles locales ainsi de les sensibiliser au lien entre climat et agriculture.

Nicolas Belaubre
Nicolas Belaubre a fait ses premiers pas de journaliste comme critique de spectacle vivant avant d’écrire, pendant huit ans, dans la rubrique culture du magazine institutionnel ‘’à Toulouse’’. En 2016, il fait le choix de quitter la communication pour se tourner vers la presse. Après avoir été pigiste pour divers titres, il intègre l’équipe du Journal Toulousain, alors hebdomadaire de solution.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img