mercredi 21 octobre 2020
Les brèves du JT Protection animale : deux députés de Haute-Garonne demandent un fonds d'urgence

Protection animale : deux députés de Haute-Garonne demandent un fonds d’urgence

Corinne Vignon et Pierre Cabaré, députés de Haute-Garonne, demandent au gouvernement un fonds d’urgence pour les associations et refuges de protection animale durement impactés par le confinement.

© Nomao Saeki

Depuis plusieurs semaines, des associations engagées dans la cause animale demandent au Gouvernement un fonds d’urgence en faveur des refuges et associations de protection animale qui se trouvent dans une situation très critique suite au confinement.

Un travail de sensibilisation qui a visiblement fait mouche auprès de deux députés de Haute-Garonne, Corinne Vignon et Pierre Cabaré. Avec 19 autres députés, ils viennent d’écrire au ministre de l’agriculture pour l’alerter sur la baisse des dons, des subventions, des adoptions subies par les structures de protection animale.

Les refuges et associations en grande difficulté

“C’est leur existence même et la poursuite de leur mission, qui sont remises en question ; il y a urgence à les aider à passer ce cap”, écrivent notamment les députés.

“Nous remercions Corinne Vignon et Pierre Cabaré d’avoir entendu le cri de détresse des associations et des refuges. Nous espérons que leur parole et celles des autres députés co-signataires seront entendues par le Ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume. Nous avons de plus en plus de remontées d’organismes de protection animale en souffrance et en difficultés financières. Il est temps que le Gouvernement les entende.” ont déclaré les responsables des associations Ethics For Animals, One Voice, l’Arche des Associations et le Collectif Chats 100% Stérilisation Obligatoire.

Des missions d’intérêt général

Selon les parlementaires, leur demande est d’autant plus légitime que les associations et refuges réalisent des missions d’intérêt général et suppléent l’Etat dans de nombreuses occasions. Cela est notamment le cas lors de saisies douanières d’animaux issus de trafics ou lorsque les services vétérinaires découvrent des animaux séquestrés en grande maltraitance. Les associations, alors sollicitées comme dernier et seul recours, n’ont aucune indemnisation pour la prise en charge d’animaux nombreux.

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport