En Occitanie, les usages de e-santé ont fortement augmenté

En réponse aux demandes urgentes des professionnels de santé pour faire face à la pandémie Covid-19, des outils déployés en quelques jours comptent rapidement des milliers d’utilisateurs : un bilan du premier mois d’épidémie et de confinement en Occitanie indique une forte augmentation des usages des services numériques de santé et de nouvelles formes de collaboration, pluridisciplinaire et intersectorielle.

Depuis le 17 mars, premier jour de confinement, les professionnels de santé adressent trois demandes immédiates : soigner à distance, orienter et suivre les malades présentant des symptômes du covid-19, disposer de nouveaux flux d’échanges sécurisés.

En Occitanie, le Groupement Régional d’Appui au Développement de la e-santé (GRADeS) accélère des projets existants et adapte ses services pour répondre aux nouveaux besoins, la priorité étant de déployer rapidement des outils sécurisés, robustes et adaptés aux pratiques.

Les deux outils régionaux de téléconsultation avec le patient, recommandés par l’Agence Régionale de Santé (ARS), TéléO pour les médecins des établissements et Médicam, porté par l’URPS Médecins Libéraux d’Occitanie, totalisent jusqu’à 2000 téléconsultations en une journée (à 90% pour la médecine de ville).

« Nous avons eu besoin de toute urgence d’un outil de téléconsultation d’une part pour des nouveaux patients contaminés par le coronavirus et d’autre part pour assurer la continuité des soins de nos patients suivis pour d’autres pathologies », explique le docteur Antoine Piau, médecin et porte-parole de l’unité médicale transversale de télésanté (UMTT) au CHU de Toulouse. Un module dédié à la téléconsultation du patient depuis son domicile a été mis à disposition sur la nouvelle plateforme régionale de télémédecine en quelques jours. Les médecins de cet établissement pratiquent maintenant de 100 à 200 téléconsultations chaque jour avec TéléO.
Plus d’une trentaine d’établissements de la région, les trois CHU (Toulouse, Montpellier, Nîmes), des centres hospitaliers mais aussi quelques établissements médico-sociaux, ont déjà accès à la plateforme régionale de télémédecine Téléo. L’équipe d’e-santé Occitanie a transformé ses pratiques pour assurer la formation à distance de 700 professionnels en trois semaines, via des webinars et un espace de ressources en ligne.

Dans le sillage du développement des téléconsultations et de la prolongation du confinement, les pharmacies ont besoin de pouvoir utiliser la messagerie sécurisée de santé (MSS) pour les ordonnances dématérialisées. Les créations de compte pour les officines de ville sont en cours.
3500 médecins et infirmiers libéraux orientent et suivent des malades présentant des symptômes du covid-19 avec une fiche numérique partagée. Cet outil numérique a été conçu et développé en quelques jours pour aider à l’orientation du patient en fonction de ses symptômes cliniques et des facteurs de risque et partager en temps réel des informations de suivi entre médecins, infirmiers et services d’infectiologie des hôpitaux. Plus de 13 800 fiches de télésuivi ont été créées depuis le 19 mars. Seule une minorité de ces patients (0,6%) est orientée vers un hôpital. La fiche évolue très régulièrement en fonction des connaissances sur la maladie et des usages sur le terrain, dans la région.

« Dans ce contexte d’urgence, une synergie particulière se crée entre tous les acteurs, ville et hôpital, public ou privé, professionnels de santé, maîtrise d’ouvrage et éditeurs », analyse Jean-Christophe Zerbini, directeur d’e-santé Occitanie. « Une partie de ce qui se met en place aujourd’hui se poursuivra demain ».

Source: communiqué de e-santé Occitanie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.