mercredi 21 octobre 2020
Les brèves du JT Coronavirus : Toulouse pourrait basculer en zone d’alerte maximale

Coronavirus : Toulouse pourrait basculer en zone d’alerte maximale

Lors de leur rencontre, ce jeudi 1er octobre, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc et le Premier Ministre Jean-Castex ont évoqué la possibilité d’un basculement de la Ville Rose en zone d’alerte coronavirus maximale.

Toulouse est sur le point de basculer en zone d’alerte coronavirus maximale ©CC Tonio94

Toulouse remplit deux des trois conditions pour basculer en zone d’alerte coronavirus maximale. Au 27 septembre, le taux d’incidence pour l’ensemble de la population de Toulouse Métropole se situait à 261 cas pour 100 000 habitants, au-dessus d’un seuil fixé à 250. Et le taux d’incidence pour les plus de 65 ans était à 137,5 sur 100 000 habitants, alors que le seuil est à 100. La troisième condition concerne le taux d’occupation des places en réanimation : son seuil d’alerte est fixé à 30 % pour l’Occitanie. Or, ce taux est aujourd’hui de 18 % en Haute-Garonne et le dernier chiffre communiqué à l’échelle régionale, de 19 %, date du 23 septembre. Le prochain bulletin de situation de l’Agence régionale de Santé Occitanie pourrait donc être décisif.

Huit jours de sursis

Cette situation épidémiologique préoccupante a fait l’objet d’un entretien, ce jeudi 1er octobre, entre le Premier Ministre Jean-Castex et le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc : « Si on doit passer en seuil d’alerte maximale, cela doit se faire en concertation entre le préfet et le maire. Ensuite, toutes les décisions seront prises pour 15 jours, afin de s’adapter à l’évolution de l’épidémie. Une exception sera faite à cette clause de quinzaine en cas de flambée des chiffres. Pour l’heure, à Toulouse, nous sommes en sursis pour huit jours », déclare le maire dans ActuToulouse.

Quelles conséquences ?

Les zones placées en alerte maximale sont soumises à certaines mesures restrictives supplémentaires, comme la fermeture des bars et des restaurants ou l’incitation au télétravail. Jean-Luc Moudenc propose d’y ajouter une diminution des jauges des amphis dans les universités et une communication accrue vis-à-vis des jeunes. Il souhaiterait, parallèlement, « qu’on baisse la pression sur les acteurs économiques, car ce ne sont pas les vecteurs essentiels du virus. »

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport