mardi 1 décembre 2020
Culture Patricia Combacal : une expo qui a du chien à l’espace écureuil

Patricia Combacal : une expo qui a du chien à l’espace écureuil

Des photos, des dessins, des mots et des objets. Du 23 octobre au 23 janvier, la photographe toulousaine Patricia Combacal expose une collection hétéroclite d’images, en forme de kaléidoscope intime, à l’Espace écureuil. Une plongée dans une poésie aussi fragmentaire que « douce et cruelle ».

Patricia Combacal tendresse
Un cliché de l’artiste toulousaine Patricia Combacal exposé à l’Espace écureuil à Toulouse © Patricia Combacal

Des fragments de corps enlacés, tatoués, meurtris, fragiles… Les photos de Patricia Combacal, qui expose une collection d’images en forme de journal intime au sein de la Fondation espace écureuil, ne laissent pas indifférent. Elles touchent autant qu’elles troublent. Pendant trois mois, du 23 octobre au 23 janvier, le visiteur est convié à se plonger dans l’univers délicatement dérangeant de cette photographe toulousaine. Dans son exposition Je suis le chien, l’artiste présente ses propres clichés mêlés à ceux d’autres photographes, connus ou anonymes, des dessins, des aquarelles ou, encore, des mots pensés ou entendus.

Le dévoilement progressif d’une nature complexe

Collectionneuse compulsive de parcelles d’individus et de bribes d’humanité, Patricia Combacal tient, depuis 2015, un journal ”intime” accessible sur son site web. Jour après jour, année après année, elle a composé une sorte de nuancier sensible dont elle expose, pendant trois mois, un échantillon. On y voit apparaître, en filigrane, ses doutes, ses obsessions, ses questionnements. L’amour, les corps, l’identité sexuelle, l’enfance, l’adolescence, le manque et sa dépendance… Ce dévoilement progressif d’une nature complexe, l’auteur en a fait sa ligne de conduite artistique. Avec la volonté permanente de « dessiller » notre regard, nous amener à voir clair au-delà des apparences.

Se confronter à ses propres fragments

« Picorer le journal de Patricia Combacal, c’est un peu se confronter à ses propres instants, ses propres fragments. Comme chez Roland Barthes, ces fragments accumulés et organisés finissent par constituer une pensée, la vôtre. Le travail de Patricia Combacal rend visible ce processus de création à l’œuvre chez chacun d’entre nous », commente ainsi Sylvie Corroler-Talairach, directrice de la Fondation et commissaire de l’exposition qui nous invite à nous laisser transporter par cette poésie « douce et cruelle ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport