lundi 2 août 2021

Contact

Culture Un morceau d’Occitanie s’en va au Brésil

[Culture] Un morceau d’Occitanie s’en va au Brésil

Echange. Du 18 juillet au 1er aout, La Pifada, une formation instrumentale mêlant sons brésiliens et occitans participera à des rencontres de musiques traditionnelles au Brésil.

Par Amélie Phillipson

La Pifada existe depuis deux ans. Elle a été créée par Carlos Valverde, brésilien venu à Toulouse pour étudier au conservatoire. Depuis un an, le groupe s’est mis à mélanger rythmes brésiliens et musique traditionnelle occitane. «La musique traditionnelle française peut faire danser cent personnes avec un seul violon. Au Brésil, sans percussion on ne fait pas bouger les gens, ce sont deux musiques très différentes mais aussi très complémentaires. Mêler percussions brésiliennes et mélodies françaises, ça apporte beaucoup de choses. On passe dun univers à lautre avec facilité et naturel», raconte Carlos.

A l’origine de ce projet, sa passion pour le pifano, une flûte brésilienne en bambou.  «Je suis dans la démarche de diffuser cet instrument». Carlos a écrit un mémoire sur la musique traditionnelle qui raconte l’histoire et la tradition de cet instrument. Il a notamment trouvé beaucoup de points communs entre cet instrument et notre fifre, la flûte gasconne. «Un maître ma dit que pour être un musicien complet, il faut savoir jouer, fabriquer et enseigner linstrument, alors cest moi qui fabrique les pifanos du groupe».

Et pour l’avenir ? Carlos souhaite faire découvrir la musique occitane aux Brésiliens. «La Pifada est un groupe relativement nouveau. Lobjectif est dapprofondir l’échange entre les deux cultures, en invitant des maîtres brésiliens à Toulouse». Fin juillet, cap sur le festival de Sao Jorge pour un mélange des cultures traditionnelles qui promet.

 

La rédactionhttps://www.lejournaltoulousain.fr
Le Journal toulousain est un média de solutions hebdomadaire régional, édité par la Scop News Medias 3.1 qui, à travers un dossier, développe les actualités et initiatives dans la région toulousaine. Il est le premier hebdomadaire à s'être lancé dans le journalisme de solutions en mars 2017.
 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img