Stade Arnauné : le projet final plaqué à retardement

Stade_Arnauné

Divergence. Après avoir revu son projet initial, la mairie de Toulouse a présenté vendredi dernier les dernières modifications apportées au plan de rénovation du stade Arnauné, situé dans le quartier des Minimes. Mais celles-ci ne font pas l’unanimité, notamment auprès du comité Nafsam.

 

Suite à la présentation du premier projet de rénovation du Stade Arnauné, une enquête publique avait fait état d’un programme générateur de nuisances, « sa fréquentation par un public de près de 10 000 personnes étant un risque sérieux pour l’ordre, la tranquillité et la salubrité publiques », remettant ainsi en cause l’intérêt général d’un tel projet. C’est sur ce rapport que se s’est appuyé le comité Nafsam (Non au futur stade Arnauné Minimes) pour dénoncer les plans de la mairie. « Nous avons pris en compte les remarques du rapport et écouté les inquiétudes des riverains pour revoir notre copie », explique Laurence Arribagé, adjointe au sport à la mairie de Toulouse. Ainsi, la construction d’une tribune à l’Ouest du site que redoutaient les habitants du quartier a été abandonnée, de même que l’augmentation de la capacité d’accueil des lieux : « Notre nouveau projet restera à l’échelle de l’existant, restant sur une capacité d’accueil de 4438 places », confie l’adjointe, quand le l’ambition initiale faisait état du double. Mais le collectif relève « une pirouette syntaxique par laquelle la mairie ne dénombre que les places assises. Pourtant, si l’on rajoute les places debout et celles du Club house, la réelle capacité se porte à près de 7 000 personnes ! » précise un membre du comité.

« Maintenant, il faut avancer ! »

De plus, ce dernier remet en cause l’utilisation de ce Club house dont le montant de la rénovation devrait s’élever à 5 millions d’euros, soit la moitié du budget global : « ce bâtiment est réalisé uniquement dans l’intérêt du TO XIII (équipe de rugby à XIII, résidente du stade Arnauné, ndlr), avec de l’argent public. C’est indécent ! » poursuit le comité. « C’est faux », clame Laurence Arribagé « puisque si au rez-de-chaussée sera aménagé des vestiaires et une salle d’entraînement, le premier étage sera dédié aux loges mais aussi aux associations qui prennent en charge les enfants du quartier. Le 2e étage sera lui réservé aux réceptions et à des bureaux. » Quant au club de rugby, les dirigeants n’ont pas souhaité répondre expliquant que la ville de Toulouse était seule à porter le dossier mais précise tout de même que l’opposition du collectif était réelle il y a trois mois mais « elle ne l’est plus puisque le projet a depuis été amendé, modifié et validé par la Mairie de Toulouse à la suite de la réunion définitive de présentation publique qui a eu lieu vendredi dernier », commente Hugues Henry, en charge du dossier pour le TO XIII. Effectivement, comme le confirme l’adjointe au sport, le dossier est clos mais cela ne signifie pas dire que le collectif abandonne son combat, dénonçant le manque de concertations. « Nous sommes revenus sur les points bloquants, mais il y aura toujours des gens qui, quoi que l’on fasse, ne seront jamais contents. Maintenant, il faut avancer ! » Le projet est donc définitif et les échéances fixées : le dépôt de permis de construire aura lieu en mai pour un accord prévu en octobre. Le début des travaux devrait avoir lieu en novembre 2016 pour une livraison en 2018… mais le collectif Nafsam se réserve le droit de mener une action pour contrer le permis de construire.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.