samedi 19 juin 2021

Contact

ActualitésRamonville se mobilise pour sauver sa gendarmerie

Ramonville se mobilise pour sauver sa gendarmerie

Face à la possibilité de basculer en zone Police nationale, la mairie de Ramonville a lancé une pétition de soutien à ses forces de gendarmerie.

Gendarmerie zone découpage
De nombreux maires de zones périphériques s’inquiètent pour l’avenir de leur gendarmerie. © Rog01

Le 31 mars, la mairie de Ramonville a lancé la pétition “#TouchePasàmaGendarmerie” visant à soutenir la présence de la gendarmerie à Ramonville. Celle-ci est remise en cause dans le cadre du redécoupage de la carte Police nationale/Gendarmerie, actuellement en réflexion au sein du Ministère de l’Intérieur. Ainsi, certaines communes pourraient opérer une bascule d’une zone à l’autre.

Redéfinir le déploiement policier

Suite à la venue en octobre dernier du Premier ministre Jean Castex pour la signature du contrat de sécurité intégrée avec Jean-Luc Moudenc, le redécoupage du périmètre de la Métropole en matière de déploiement policier avait en effet été évoqué. Avec notamment l’intégration de la commune de Ramonville Saint-Agne dans la zone Police nationale.

« Nous redoutons ce que nous appelons le mouvement de forces centripètes, c’est-à-dire lorsque les forces de sécurité sont happées par le centre métropolitain, indique Christophe Lubac, maire de Ramonville Saint-Agne. Les forces de sécurité sont organisées en fonction du niveau de délinquance, or si nous basculons en zone Police, elles seront attirées sur Toulouse et nous aurons moins de forces disponibles sur Ramonville. Des effectifs de police ayant été promis à la ville-centre toulousaine, il s’agit de déshabiller Paul pour habiller Jacques », regrette l’élu.

Des interventions plus rapides en périphérie

Selon la municipalité ramonvilloise, la zone Gendarmerie « permet le déploiement d’effectifs en ceinture toulousaine qui garantit des interventions plus rapides en périphérie et tout en respectant l’équilibre des effectifs sur l’ensemble du territoire ».
Le passage en zone Police nationale pourrait ainsi « remettre en question la situation actuelle et aboutir à une dégradation de la délinquance et de la tranquillité publique sur la commune ».

Une motion déjà adoptée en octobre

La municipalité a adopté le 15 octobre dernier une motion pour exprimer son désaccord quant à l’inscription de la commune en zone Police, pointant du doigt l’efficacité et la réactivité de la zone Gendarmerie sur le territoire.
Par le biais de la pétition “#TouchePasàmaGendarmerie”, qui a recueilli plus de 180 signatures en 24 heures sur la plateforme Change.org, la mairie souhaite faire valoir auprès du Préfet et du Ministre de l’Intérieur son attachement et son souhait de rester en zone Gendarmerie. La pétition sera active tout le mois d’avril et sera remise au Préfet à l’issue de cette période.

Laetitia Soula
Journaliste de presse écrite depuis plus de dix ans, Laëtitia Soula est rédactrice et photo-reporter. Polyvalente print et web, elle a également oeuvré comme secrétaire de rédaction et relations presse. Elle a travaillé pour divers titres de presse locale et collectivités territoriales (presse institutionnelle) à Paris, Marseille, en Bretagne, en Auvergne et dans le sud-ouest, avant de poser ses valises à Toulouse.
 

Travail : Comment mettre le sexisme au placard ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img