[Dossier] Ils imaginent les robots de demain

Chaque semaine, le JT met en avant ces toulousains qui font autrement. Cette semaine, la rédaction s’est penchée sur ces toulousains qui pensent les robots de demain.

Robocare lab
©robocarelab

Sam, futurs compagnons des seniors ? Depuis deux ans, la société toulousaine RoboCARE Lab travaille sur la commercialisation d’un robot à destination des personnes âgées. Baptisé Sam (pour système audiovisuel mobile), il s’agit d’un appareil qui permet aux proches d’un senior de lancer une conversation vidéo et de lui rendre virtuellement visite en pilotant l’appareil à distance. Un système expérimenté depuis 2015 dans deux EHPAD à Villeneuve-Tolosane et Pibrac. « D’un point de vue technique les Sam fonctionnent très bien » explique Faissal Houhou, cofondateur de la start-up. Mais les familles des résidents n’ont pas utilisé le dispositif, faute au « désarroi des familles perturbées par la perte prochaine de leurs proches », selon l’entrepreneur. RoboCARE Lab redirige donc aujourd’hui son offre pour maintenir les personnes âgées à domicile et s’est fixé pour objectif d’équiper 1 000 familles en 2017.

 

 

 

 

©philippetruillet
©philippetruillet

Exploration spatiale et voitures autonomes. Programmer un robot pour assister des ouvriers de la chaîne de montage automobile de Continental, définir des programmes pour le robot Oz de Naïo technologies (voir p8) ou encore concevoir une sonde robotisée capable de construire une carte 3D et explorer des planètes pour le CNES, tous ces projets sont passés entre les mains d’étudiants de l’Upssitech, l’école d’ingénieurs de l’Université Paul Sabatier. Chaque année, les Master 2 travaillent sur un projet professionnel commandé par des entreprises ou des acteurs publics et explorent différentes dimensions de la robotique. Ce qui permet à leur formateur de prédire les domaines de notre quotidien dans lesquels les robots surgiront. «La demande vient surtout de l’industrie qui souhaite robotiser la production et dans la création de logiciels embarqués tels que les voitures autonomes », explique Frédéric Lerasle, directeur de la spécialité Systèmes robotique interactifs (SRI) de l’Upssitech.

 


A lire aussi :

-          Ces robots qui nous veulent du bien 

-          Médecin augmenté 

-          Le robot de Naïo est dans le pré

-          Les robots, progrès ou menace ? 

-          La robotique présente dans de nombreux secteurs de l’économie toulousaine 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.