samedi 10 avril 2021

Contact

Actualités Le robot de Naïo est dans le pré

[Dossier] Le robot de Naïo est dans le pré

©Tien Tran

ASSISTANCE. La start-up toulousaine Naïo Technologies développe des robots agricoles et viticoles pour accompagner les professionnels de la terre dans leur travail quotidien. Parmi leurs créations, “Oz” un engin capable de désherber des rangs de fruits et légumes automatiquement.

Bip, bip, bip. “Oz”, les roues dans la terre, termine le désherbage d’une ligne de plantation, recule, se cale sur le prochain rang et commence à le biner. Pas d’agriculteur pour le conduire, ni d’humain pour le tracter : grâce à un système de guidage laser et à une caméra en 3D, ce robot de l’entreprise Naïo technologies peut travailler seul. Il sait reconnaitre les obstacles et envoie un SMS à son propriétaire pour le prévenir quand il croise une anomalie. L’agriculteur le paramètre à l’aide d’un boitier de configuration, placé sur le dessus de l’appareil : il y inscrit le nombre de rangées dans lesquelles il faut enlever les mauvaises herbes, leurs dimensions, l’espace entre celles-ci et la nature des cultures. Une fois ce cahier des charges rempli, la machine peut évoluer toute seule sur le terrain et baisse ou remonte les outils de binage mécanique en fonction des besoins.

Une solution écologique donc, car elle permet de lutter contre les plantes indésirables sans utiliser de pesticides. Elle est aussi plus efficace selon ses concepteurs : «Nous avons testé cet appareil dans le champ d’un semencier. Oz prend une heure pour désherber 1 000 m², là où un homme met neuf heures », explique fièrement Axel Banon, employé de l’entreprise. Tout en manipulant, le mini joystick de la télécommande du robot, l’agronome ajoute : «l’objectif premier est de réduire la pénibilité de l’agriculteur, d’éviter qu’il courbe tout le temps le dos.» Dans ce but, la machine peut aussi passer en mode ‘’suivi de personne’’, c’est-à-dire qu’il s’adapte au pas du cultivateur, comme un chien suivrait son maître.

« Oz prend une heure pour désherber 1 000 m², là où un homme met neuf heures » 

Au fur et à mesure de la récolte, cela permet de déposer des produits dans une cagette placée sur le dessus de l’engin, ou dans une remorque qu’il tracte. Ces fonctionnalités sont perpétuellement remises à jour par l’équipe de Naïo : «Les nouvelles technologies n’ont pas de limites, nos robots doivent donc être évolutifs», lance le jeune homme en souriant. «Pour cela, le plus gros travail de nos commerciaux est le suivi des clients. » Une action qui permet de continuer de perfectionner Oz. Mais si l’appareil s’adapte aux besoins de l’homme, son acquéreur doit aussi se former pendant une journée pour apprendre à l’utiliser et pour se préparer à sa venue. «Cela peut être bouleversant pour un exploitant agricole d’accueillir une nouvelle technologie. Il y en a même qui préfèrent bannir totalement la robotique de leurs champs», raconte Axel Banon, lucide.Alain Gatti, producteur maraîcher à Saint-Jory a osé franchir le pas et a testé le robot désherbant sur son exploitation : «En tant qu’assistant récolte, il est très bien, mais je ne l’ai pas acheté car il ne correspond pas à mes besoins.»

Effectivement,Oz n’a pas les moyens de biner dans les rangs, c’est-à-dire qu’il ne s’occupe que des mauvaises herbes qui se trouvent entre les rangées de culture et pas au plus près des fruits et légumes. «Ça reste un outil mécanique et donc trop agressif pour ce type de binage», décrit Axel Banon. Pour lui, il n’y a pas de solution miracle et il y a encore des endroits où il faut désherber à la main. Si la machine vient aujourd’hui en aide à une cinquantaine d’exploitants, elle ne peut pas tout faire. «C’est pour cela qu’il y aura toujours besoin d’agriculteurs dans les champs», conclut-il.

A lire aussi :

–          Ces robots qui nous veulent du bien 

–          Médecin augmenté 

–          Ils imaginent les robots de demain 

–          Les robots, progrès ou menace ?

–          La robotique présente dans de nombreux secteurs de l’économie toulousaine

Articles en rapport

Éveiller les enfants aux grands enjeux contemporains

Deux nouveaux cas de Covid-19 au TFC

Deux nouveaux cas de coronavirus au TFC. Le club a fait l’annonce ce matin. Après la contamination de trois joueurs au cours de la...

Confinement : les bibliothèques et médiathèques de Toulouse sont ouvertes

Quoi de mieux pour occuper un confinement qu’un livre, un film ou bien un bon disque ? Après plusieurs mois enfermés à la maison,...

Cyril Baille : « Ça se jouera sur des détails »

À un jour du quart de final de Coupe d’Europe entre le Stade Toulousain et Clermont, voici la conférence de presse de Cyril Baille. https://www.youtube.com/watch?v=52_pEGEC5Po   Cyril Baille sur...

Confinement : voici les plus beaux jardins du Tarn ouverts 

La semaine dernière, le Gouvernement annonçait de nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19. Il est actuellement possible de circuler dans un rayon de...

Confinement : une exception pour les sportifs amateurs

Les sportifs amateurs ont droit à un peu plus de liberté. Afin de pouvoir s’entraîner, les licenciés peuvent profiter des installations sportives de leur...

Des dégâts agricoles en raison de la vague de froid 

Cette semaine, les températures sont tombées sous la barre du 0°. Une météo compliquée pour les productions agricoles. Suite à ce froid, des aides...

Le vaccinodrome du Parc des Expositions ouvert 7j/7

Depuis le mercredi 7 avril, le Hall 8 du Parc des Expositions (sur l'île du Ramier, accessible par le pont du Stadium) est ouvert....

Top 5 des idées sorties à Toulouse… et ailleurs !

Une visioconférence sur l'environnement, un match de Coupe d'Europe de rugby, un concert surprise à domicile, un documentaire sur l'aéropostale... Voici quelques idées sorties...

Université Paul-Sabatier : les étudiants de médecine inquiets du maintien des examens

Des étudiants en médecine critiquent les conditions sanitaires de l'organisation des examens à l'université Paul-Sabatier 3, à Toulouse. Les élèves de Premier cycle à la...

Écrivez à la rédaction !

Témoin d’un événement d’actu ?
Une info ou un avis à partager ?

Les plus lus

Au CHU de Toulouse, des essais prometteurs pour les victimes d’infarctus

Reconfinement : la colère des personnels hospitaliers du CHU de Toulouse

Pour le syndicat CGT représentant les personnels hospitaliers du CHU de Toulouse, le reconfinement n'est qu'une mesure restrictive de plus destinée à pallier les...
Economie Occitanie

Airbus et l’aéronautique en danger : scénario catastrophe pour Toulouse ?

Toulouse pourrait-elle connaître dans les années à venir le même sort que la ville de Detroit aux États-Unis, dévastée par l'effondrement de l'industrie automobile ?...
Bourg d'Oueil

Sorties en Haute-Garonne [1/6] : villages tranquilles et vallées secrètes

A l'heure où le déconfinement s'opère jour après jour en France, le département de la Haute-Garonne a une belle carte à jouer pour relancer...
station ski Superbagnères

Deux jours de ski gratuit dans les stations du Mourtis et de Luchon-Superbagnères !

Une semaine avant leur ouverture officielle, les stations de Luchon-Superbagnères et Le Mourtis offrent deux journées d’accès gratuit à leur domaine skiable, les vendredis 13...

Le plus bel arbre de France est à Sorèze, à 60 kilomètres de Toulouse

Ce mercredi 19 août, le hêtre de Saint-Jammes, à Sorèze, recevra le prix de l’arbre remarquable de l’année 2019, qui récompense le plus beau...

Urbex : 4 lieux improbables à l’abandon à Toulouse

Hôtel, maison de retraite, châteaux, restaurant universitaire, ces bâtiments se sont retrouvés abandonnés du jour au lendemain. Des lieux d'urbex figés dans le temps,...

Covid-19. Le variant breton fatal aux frelons asiatiques

Des chercheurs du Centre de recherche et d'analyses sur la cognition et la réflexologie animale de Toulouse ont observé des effondrements d’essaims de frelons...
Château_de_Montségur

4 idées d’escapades en Ariège pour ce week-end

Il y a tout ce qu'il faut dans la région pour voyager, ne serait-ce qu'une journée. Pour ce week-end du 20 et 21 juin,...