mercredi 8 décembre 2021

Contact

ActualitésArchipel Citoyen propose de nouveaux noms de femmes pour les rues de...

Archipel Citoyen propose de nouveaux noms de femmes pour les rues de Toulouse

Dans le cadre de la commission de dénomination de voies qui se déroule aujourd’hui, les élus toulousains devraient adopter plusieurs noms de rues féminins. Celui d’Hassan Jandoubi, victime de l’explosion d’AZF, est également proposé par les conseillers municipaux d’opposition.

Archipel Citoyen noms rues Toulouse
Antoinette Duclaire, Clarissa Jean-Philippe, Hassan Jandoubi, Jeanine Messerli-Morisse… Archipel Citoyen propose des nouveaux noms de rues pour Toulouse © Archipel Citoyen

Il y a près de huit mois, les élus Archipel Citoyen François Piquemal et Hélène Magdo rappelaient que moins de 5 % des rues de Toulouse portent des noms de femmes. Leur objectif ? Faire en sorte que les trois quarts des noms proposés aux commissions de dénomination de voies de la mairie soient féminins. Une réunion se déroule ce mercredi 17 novembre et les conseillers municipaux du groupe d’opposition poursuivent leur ambition. Ainsi, cinq propositions devraient être validées aujourd’hui :

  • Angélique-Marguerite Le Boursier Du Coudray (1712-1794), est une sage-femme française qui s’est battue pour le développement de formations afin de remplacer les “matrones accoucheuses” anciennement formées sur le tas. Elle a enseigné dans toute la France et fait ouvrir des “maisons de maternité” dont elle deviendra directrice.
  • Amparo Poch y Gascon (1902-1968) est une médecin féministe qui a soutenu la “liberté sexuelle”. Elle fut responsable des maisons de soins pour les prostituées espagnoles. Elle est décédée en exil à Toulouse.
  • Simone Iff (1924-2014), originaire du Tarn, est une militante du droit à l’avortement et à la contraception. Elle fut présidente du “Mouvement français pour le planning familial”.
  • Anne Lister (1791-1840) est connue au Royaume-Uni pour avoir été l’une des premières à assumer librement son orientation sexuelle, puis sa masculinité et en France, pour avoir réalisée la première ascension du Vignemale (3 298 mètres) dans les Pyrénées.
  • Clarissa Jean-Philippe (1988-2015) est une des victimes du terroriste Amedy Coulibaly, qui l’a abattu d’une balle dans le dos, à la veille de la prise d’otage de l’Hyper Cacher.

Dans un communiqué, François Piquemal et Hélène Magdo confient vouloir proposer quatre autres noms de personnalités qui ont marqué l’histoire de Toulouse et de la France.

Jeanine Messerli-Morisse, résistante déportée

Archipel Citoyen évoque le nom de Jeanine Messerli-Morisse. Née à Auch en 1921, elle est devenue résistante suite à l’appel du général de Gaulle le 18 juin 1940 sous le nom de “Niquou”. Membre du réseau Prunus, elle est dénoncée en 1943 et forcée à se cacher dans plusieurs villages du Gers. La résistante est finalement arrêtée par la Gestapo, emprisonnée à Toulouse puis à Fresnes, avant d’être déportée dans le camp de Ravensbrück en Allemagne. Pendant de nombreuses années, Jeanine Messerli a livré son témoignage aux élèves en visite au Musée départemental de la Résistance et de la Déportation.

Antoinette Duclaire, militante féministe

Le nom d’Antoinette Duclaire est également proposé. Elle était une activiste politique, militante féministe et journaliste haïtienne. Née en 1987, elle fut assassinée dans la nuit du 29 juin 2021 à Port-au-Prince. La journaliste a travaillé comme consultante dans plusieurs institutions et collaborait à la Radio Télé Pacific. Elle était également animatrice de l’émission “Ti Bat Bouch” sur la Radio Sans Frontière (RSF) et a co-fondé le média en ligne “La Repiblik Magazine”.

Anarcha, Betsy et Lucy, cobayes pour la gynécologie

« Nous ne savons rien d’elles, à part leurs prénoms », expliquent les élus d’Archipel Citoyens. Ces trois femmes étaient des esclaves qui ont été utilisées comme cobayes, torturées et mutilées par l’un des “pères” de la gynécologie : l’américain James Marion Sims (1813-1883). « Ce chirurgien est resté dans l’histoire. Il a eu des statues à son effigie. Il était riche et célèbre, son nom est associé à un outil de gynécologie », s’indigne François Piquemal : « Ses victimes, ses cobayes, elles, n’ont jamais eu droit à la moindre reconnaissance ». C’est pourquoi leurs prénoms seront cités lors de la commission de dénomination de voies à Toulouse aujourd’hui.

Hassan Jandoubi, victime d’AZF

Enfin, les élus d’Archipel Citoyen mentionnent “Hassan Jandoubi”, l’une des 31 victimes de l’explosion d’AZF le 21 septembre 2001. « Il a été accusé de manière injuste par certains protagonistes d’AZF, dont les avocats de Total, d’être responsable de l’explosion et assimilé à un terroriste islamiste », explique le conseiller municipal : « De par ses origines et sa religion présupposée, certains ont tenté d’en faire un bouc-émissaire ». Une « double peine » selon les élus qui souhaitent aujourd’hui lui rendre hommage.

 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img