Le CHU de Toulouse fait avancer la recherche sur l’amylose

L’amylose est une maladie rare et potentiellement mortelle pour laquelle de nouveaux traitements existent, mais des difficultés subsistent dans le dépistage, le diagnostic et la classification de la maladie. Le CHU de Toulouse a justement mis au point une technique innovante de classification des amyloses.

Le CHU de Toulouse a mis au point une technique innovante de classification des amyloses, qui permet de déterminer le type de la maladie dans 94 % des cas et d’assurer la meilleure prise en charge au patient. L’intérêt majeur de cette technique réside dans le gain de temps pour chaque patient d’accéder à un traitement personnalisé.

Une maladie aux multiples formes et au diagnostic complexe

L’amylose peut toucher tous les organes. Elle se caractérise par un dépôt anormal de protéines dans les tissus qui vont altérer le bon fonctionnement des organes concernés, en particulier le cœur, les reins, le système nerveux périphérique et le tube digestif. Quand plusieurs organes sont atteints, en particulier le cœur, le pronostic vital peut être engagé en quelques mois seulement. La prise en charge doit être la plus rapide possible pour améliorer le pronostic, mais il est essentiel de connaître le type d’amylose qui l’atteint, car à chaque type d’amylose son traitement. Cependant, il existe 36 types d’amylose différents. Il est donc essentiel d’établir le plus rapidement possible le typage de la maladie.

Toulouse, le seul CHU français capable d’identifier précisément les types d’amylose

Au CHU de Toulouse, il y a bientôt 10 ans que la Dr Magali Colombat s’est engagée dans le développement d’une nouvelle technique issue de la Mayo clinic de Rochester (Minnesota, USA), au sein du Département d’anatomie pathologique du Pr Pierre Brousset, en collaboration avec l’Infrastructure protéomique de Toulouse à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale. Avant le développement de cette activité en France, les cas de diagnostics difficiles étaient adressés aux États-Unis, une solution source d’un retard important dans les décisions thérapeutiques. Au cours des dernières années, la vérification de l’intérêt de cette technique dans les différentes formes d’amyloses a été prouvée et a permis de classer de nombreuses amyloses et de rectifier des diagnostics.

Source : communiqué de presse

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.