Enfants maltraités : une association de Toulouse appelle à la vigilance des voisins

La dure réalité tant redoutée est là : les violences sur les enfants augmentent considérablement avec la promiscuité liée au confinement. L’association L’Enfant Bleu Toulouse en appelle à la vigilance des voisins face à cette recrudescence d’enfants maltraités.

enfant maltraités peluche bandage
CC congerdesign-Pixnio

Les violences conjugales se sont déjà terriblement multipliées depuis le début du confinement. La secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa déclarait, le 29 mars dernier sur Europe 1, « Nous observons qu’il y a + 32 % de signalements de violences conjugales en zone gendarmerie en une semaine et + 36 % dans la zone de la Préfecture de police de Paris en une semaine également ».
Des chiffres alarmants qui sont certainement à jumeler à ceux des victimes collatérales de ces violences conjugales : les enfants. Ces enfants qui ne peuvent sortir et se défouler et qui génèrent l’exaspération de certains parents et sont, du coup, dans certaines familles, maltraités et surtout aujourd’hui encore plus isolés.
L’association l’Enfant Bleu Toulouse est forcément très inquiète de cette situation : « Ces enfants ne peuvent donner l’alerte, c’est pourquoi chacun doit redoubler de vigilance (et aussi de courage) pour signaler les cas de violence sur enfant dont ils pourraient être témoins, en tant notamment que voisins » indique Nathalie Willig, présidente de L’Enfant Bleu Toulouse.
Dans son communiqué du 25 mars dernier, le Gouvernement a rappelé notamment que « les associations de protection de l’enfance restent également, plus que jamais, à l’écoute pour fournir des conseils ou des orientations vers des services compétents » citant quatre associations dont L’Enfant Bleu.
« Nous en appelons à la solidarité de tous pour informer du recours que constitue notre association pour venir en aide à ces enfants qui, dans une grande agglomération telle que la nôtre, ne manqueront malheureusement pas d’être concernés. Rappelons, enfin, que signaler des violences sur un enfant est une obligation pour chacun d’entre nous. Un enfant maltraité ne parle pas, il faut parler pour lui !» souligne Nathalie Willig.
Durant la crise que nous traversons, l’équipe de bénévoles de L’Enfant Bleu Toulouse est plus que mobilisée avec une écoute, comme toujours gratuite, à la disposition des enfants maltraités eux-mêmes et de leur entourage. Une écoute ainsi qu’un suivi psychologique et/ou juridique assuré par des professionnels.

L’ENFANT BLEU TOULOUSE
05 61 53 21 10
Ecoute du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h.
email : lenfantbleutoulouse@wanadoo.fr

Source: communiqué de l’association Enfant Bleu Toulouse

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.