Centre européen de météorologie : arbitrage en faveur de Toulouse

La décision a été prise par l’Etat: c’est bien Toulouse qui sera la ville candidate en France pour l’accueil du Centre européen de météorologie. Une nouvelle installation qui pourrait participer au rayonnement de la Ville rose à l’international.

météo Toulouse

Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT), installé jusqu’à présent à Reading, au Royaume-Uni, doit déménager. Brexit oblige, la structure doit quitter l’Outre-Manche pour une réimplantation en terres européennes. Deux villes avaient déposé leur candidature pour l’accueillir du côté français : Saclay, en Île-de-France, et Toulouse. Le gouvernement a finalement arbitré en faveur de la Ville rose. Cette dernière se retrouve maintenant en compétition avec Amsterdam, Barcelone et Darmstadt en Allemagne.

« Toulouse, capitale européenne de l’aéronautique et du spatial, siège de Météo France et centre de recherche important en Europe, a tous les atouts pour rivaliser avec les autres villes européennes candidates. L’implantation du centre européen pour les prévisions météorologique en Occitanie, à Toulouse, est une véritable opportunité économique pour notre territoire. Elle va relancer notre dynamique et renforcer notre pôle déjà puissant. Avec nos partenaires, nous sommes prêts à défendre notre candidature. Notre stratégie est claire, donner tous les moyens à Toulouse d’être la meilleure candidate européenne », a déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, à l’annonce de la décision gouvernementale.

Pour Etienne Guyot, préfet de Haute-Garonne, « ce choix est le résultat d’une collaboration et d’un engagement partagé et remarquables des collectivités locales […] et la reconnaissance de l’investissement dans ce projet de la communauté scientifique et universitaire de Toulouse, ainsi que de l’écosystème des entreprises technologiques, formant le pôle d’excellence français en matière de météorologie et d’études spatiales ».

250 emplois à terme à Toulouse

La Région Occitanie, le Département de la Haute-Garonne et Toulouse Métropole se sont unis dans ce projet. L’ensemble des investissements immobiliers seront pris en charge, ainsi que l’équipement et les loyers pour une durée de 25 ans. Soit un investissement public des trois institutions de 35 millions d’euros. Deux sites d’implantation sont proposés, avec un espace de 3 900 m², l’un dans le quartier Toulouse Aerospace proche de Météo France, le second à proximité de “La Cité”, équipement régional dédié aux start-up.

L’implantation du Centre européen pour les prévisions météorologiques implique l’installation à Toulouse de 150 salariés et leurs familles, dès l’été 2021 et l’arrivée de 100 salariés supplémentaires dans un second temps. Si le nombre de création directe devrait être assez faible, les emplois induits sont très importants. Le potentiel de développement et les synergies avec le pôle aéronautique et spatial pourront eux aussi être une réponse essentielle à la crise de l’aéronautique liée au Covid-19.

Mais il faut maintenant convaincre au niveau Européen. « Il s’agit désormais pour nos trois collectivités, Toulouse Métropole, Région Occitanie et Département de la Haute-Garonne, ensemble, de consolider aux côtés de l’Etat, la proposition qui sera remise début octobre. Toulouse Métropole sera au rendez-vous et assumera sa part du financement. Le Centre européen de météorologie prendra sa décision en décembre 2020. Nous avons convaincu Paris, maintenant nous allons convaincre le CEPMMT » conclut Jean-Luc Moudenc, Président de Toulouse Métropole et maire de Toulouse.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.