Yannick Delpech, théâtre, poésie et bal déjanté… 4 idées pour ce week-end du 14 et 15 décembre à Toulouse

Du théâtre intelligent pour enfants, de la poésie pour réfractaires, le nouveau lieu d’un chef qui a abandonné la course aux étoiles ou encore un bal déjanté, le JT a sélectionné quatre propositions alléchantes pour ce week-end du 14 et 15 décembre à Toulouse. 

Des Roses et Des Orties, la renaissance du chef Yannick Delpech

Fini la course aux étoiles. Le célèbre chef toulousain Yannick Delpech a dit adieu à l’Amphitryon pour ouvrir en lieu et place Des Roses et Des Orties. Sa seule préoccupation désormais : travailler avec les meilleurs producteurs et artisans de la région pour faire une cuisine locavore, à la fois terrienne et cosmopolite. Le restaurateur a organisé la surface de sa nouvelle enseigne de manière à créer un véritable lieu de vie. DRDO se décline ainsi en cinq espaces :  la pâtisserie Sandyan, la cave en libre service, la cuisine ouverte sur la salle, le restaurant autour du four à bois ou sous la verrière et enfin le bar Chlorophylle, avec des cocktails concoctés par l’équipe de l’Heure du singe. Au menu des trois différentes cartes : cocottes de tripettes à l’albigeoise, pizza blanche trompette de la mort et jambon blanc, raviole de foie gras, truite fario en croûte de pain ou encore civet de lièvre à la cuillère.

Des Roses et Des Orties : 28 chemin de Gramont, Colomiers, ouvert de 9h à 22h, 05 61 15 55 55

Des Roses et Des Orties, la renaissance du chef Yannick Delpech

Complexe(s), du théâtre pour faire réfléchir les enfants

Ceux qui ont vu le film Les Ogres, de Léa Fehner, connaissent la folie contagieuse de la compagnie toulousaine L’Agit, dont l’histoire est inspirée. Complexe(s), la nouvelle création jeune public de la troupe a été écrite à quatre mains par Clémence Barbier et Inès Fehner. Ensemble, elles ont décidé d’aborder des sujets importants liés à l’enfance :  l’envie récurrente de ressembler aux autres, les petites jalousies que l’on ressent dès le plus jeune âge et la façon dont chacun se construit. Pour cela, elles utilisent la vidéo et offrent ainsi des images déformées et déformantes qui montrent des personnes plurielles. À grand renfort d’anecdotes comiques et de filtres snapchat, elles détricotent petit à petit ces normes et ces injonctions au conformisme. Pour une fois, les parents pourront donc laisser leurs enfants devant un écran sans culpabiliser.

Samedi 14 décembre à 15h, à partir de 8 ans, théâtre du Grand-Rond, 23 rue des Potiers, https://www.grand-rond.org/

complexes Théâtre du grand rond

Aïe ! un poète ! Ou comment désacraliser la poésie

Ennemis de la poésie, ce spectacle est fait pour vous. Chorégraphe, metteuse en scène actrice et danseuse, Anne Rebeschini, de la Compagnie des sens s’empare du livre « Aïe ! Un poète », de Jean-Pierre Siméon, pour une performance pleine d’humour adressée à ceux que cette discipline artistique rebute profondément. Elle nous ouvre donc les portes de la poésie sous toutes ses formes : comptines, fables, élégies, sonnets, calligrammes, haïkus. Un voyage où s’entremêlent la danse, le théâtre et les voix de poètes de toutes époques, de Baudelaire à Prévert, en passant par La Fontaine, Lamartine, Lao Tseu, Nadaus ou Villon. Dans le monde si vaste de la poésie, il y a toujours un texte qui attend les plus réfractaires. Surprise, étonnement, échange, humour, émotion… Une bonne séance de démystification.

Samedi 14 décembre  à 21 h, Cave Poésie René-Gouzenne, 71 rue du Taur, http://www.cave-poesie.com/

Aie-un-poete_CiedesSens-Anne-Rebeschini
© Jean-Pierre Montagné

Un grand bal dans le yucca à Mix’art Myrys

« Du grand n’importe quoi, de l’expérimental foutraque, de la barbe à papa à prix libre, des interplateaux délirants, de la joie comme s’il en pleuvait… ». Voici l’invitation savoureuse lancée par l’association Un archet dans le yucca qui débarque à Mix’art Myrys pour une nouvelle édition de son grand bal. Cette soirée déjantée débutera comme à l’accoutumée par un loto un peu spécial animé par les musiciens du Surnatural Orchestra, le maître de cérémonie Éric Leclerc et l’imprévisible X-Or. Après le jeu, place à la danse avec une orgie de concerts. Au programme : rock sans guitare ni batterie, poésie trash noise, transe répétitive avec notamment le duo I.V.R.E, le groupe barcelonais Za et, de nouveau, le Surnatural Orchestra sur scène avec ses compositions originales aux accents de jazz et de musiques populaires.

Samedi 14 décembre à partir de 17h, Mix’art Myrys, 12 rue Ferdinand Lassalle, Toulouse, participation libre et nécessaire, http://mixart-myrys.org/

surnatural orchestra_grand bal yucca©Pierre Puech

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.