Sarah Denard : caméra bienveillante

En immersion dans les quartiers toulousains, la réalisatrice Sarah Denard pose un regard sincère et positif sur ses habitants et leur quotidien. Une démarche qu’elle défend au sein du collectif de jeunes cinéastes Fil rouge.
Claire Villard

Sarah Denard
© Franck Alix

Terrain

Sensibilisée à la peinture par son père, Sarah Denard étudie les Beaux-Arts à Bordeaux. C’est là qu’elle découvre la vidéo pour la première fois. Séduite, elle opte pour un master réalisation de documentaires à Angoulême. Pourquoi le documentaire plutôt que la fiction ? La jeune femme évoque un « besoin de se rattacher à du concret, au réel ».

Toulouse

L’association Fil Rouge est la concrétisation du rêve de nombreux anciens étudiants : poursuivre leur route ensemble sur la voie professionnelle. Pour Sarah Denard et quelques-uns de sa promotion, c’est devenu réalité. Ils s’accordent sur la Ville rose pour fonder leur structure en 2012. « On avait hâte de faire ce qu’on avait appris à l’école. Et surtout, après avoir travaillé des milliers d’heures bénévolement, pas envie de se faire exploiter. »

Racines

Sarah Denard est issue d’un milieu défavorisé. La misère sociale, elle la connaît. C’est la raison pour laquelle elle a rapidement la réalisatrice entend avant tout montrer la solidarité à l’intérieur de la détresse. « Les sujets que je choisis sont difficiles, mais le propos toujours positif ».

Confiance

« Pour notre film “Elles sont tellement tout ça”, sur les personnes âgées, nous avons passé six mois à aller boire le thé avec elles, avant de sortir la caméra », raconte Sarah Denard. Passionnés par le cinéma de Depardon, elle et ses complices de Fil rouge recherchent l’équilibre, pour « montrer vraiment les choses », sans s’apitoyer.

Avenir

Le film “Le corps emmêlé”, autour de la reconstruction de femmes ayant subi des violences, sera projeté à plusieurs reprises dans les quartiers toulousains ce printemps. Parallèlement, Sarah travaille à un documentaire “La Roue libre”, qui traite du réapprentissage du vélo par des femmes, et sur une série de portraits aux Izards. Elle anime actuellement, à la Cépière, des ateliers vidéo sur la nourriture, dédiés à une population de gitans sédentarisés.

Infos pratiques :
Projection du film Le Corps emmêlé
Jeudi 5 avril au centre culturel Alban-Minville
Lundi 16 avril au centre social ASSQOT, site Polygone (Patte d’oie)
Plus d’infos sur www.associationfilrouge.jimdo.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.