Toulouse à la traîne du classement des grandes villes où il fait bon vivre

12 avril 2021 - 12:40

Une réponse à “Toulouse à la traîne du classement des grandes villes où il fait bon vivre”

  1. Bonjour. Après 3 ans à vivre à Toulouse, je vais vous dire la vérité sur votre ville (et je ne suis pas le seul à le penser). Le sentiment qui se dégage est le GÂCHIS : qu’il s’agisse des transports, de l’urbanisme, des services et commerces, tout a l’air sous-développé ici, en retard, vétuste. La 3ème ligne de métro n’est toujours pas construite, pendant que d’autres villes comme Montpellier en sont à leur 5ème ligne de tram par exemple. Les bus ne fonctionnement pas : il me faut 1h de trajet domicile-travail pour faire toulouse-toulouse, avec des transports bondés de jeunes collégiens, lycéens et étudiants. Ces derniers envahissent le centre-ville, modifiant ainsi les types de commerces disponibles : snacks, bars “de jeunes” très alcoolisés, boutiques de jeux de société et autres gamineries. pas une seule boulangerie ni resto potable en centre-ville. L’immobilier est très cher, vu qu’on ne peut pas vivre correctement loin d’un arrêt de métro (sans même parler de la proximité de quartiers “enrichis” culturellement et mal famés). Ici, tout est compliqué et sous contrainte, on ne peut rien faire : la FNAC, microscopique et bordélique, en est resté aux DVD. Le Gibert Joseph ne propose que des essais gauchistes et woke, boycotte les livres qui ne cadrent pas avec les étudiants en socio. Presque tous les commerces ferment entre midi et 2. Hors centre-ville, presque aucun vrai quartier, que des dortoirs sans vie, sans commerces de proximité. Tout le monde prend sa bagnole et se nourrit au Leclerc ou Carrefour, lamentable. Aucun vrai bon resto du Sud-Ouest à des kilomètres, alors qu’en Alsace et en Bretagne par exemple, la gastronomie est mise en avant. Cinés, théâtres, concerts : que de la merde intello pour bobos écolo à vélo électrique. Presque aucun musée, salles de sport et piscines dispersées, aux horaires impossibles. Cette si belle ville est en train de crever, envahie par les étudiants et les punks à chien, ça me fend le coeur. Les personnes matures et ayant du pouvoir d’achat vivent et bossent à Blagnac, la plupart pour Airbus et ses sous-traitants. Trop de déséquilibre économiques et sociaux, trop de focus que ces étudiants qui ne consomment pas, transports et embouteillages invivables. Bref, la déception.


    Signaler le commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.