vendredi 4 décembre 2020
Actualités Nadia Martinez

[INTERVIEW DECALEE] Nadia Martinez

Passionnée de théâtre, c’est d’abord pour jouer des pièces classiques qu’elle monte sur les planches. Puis c’est vers l’humour qu’elle se tourne et remporte notamment les sélections à Toulouse du ‘’Printemps du rire’’ en 2013. Sa carrière est lancée, elle présente son 3e one woman show ‘’Nadia Martinez s’accroche à l’amour !’’ En attendant la prochaine date, elle répond à nos questions… décalées.

La pire soirée que vous ayez connue ?

Quand ma Box m’a lâchée alors qu’était programmé ‘’Plus belle la vie’’ en Prime time ! J’ai pleuré toute la nuit, en hurlant, « Pourquoi ? »

Un souvenir de ce que vous avez acheté après avoir touché votre premier salaire ?

Mes premières Creeks violettes, hyper tendances à l’époque.

La situation la plus délicate que vous ayez connue ?

Un de mes amis m’a fait une déclaration d’amour. C’était tellement loufoque que j’en ai ri pendant des heures… Le pauvre ! Ça n’a pas été plus loin ! Ça ne marche pas à tous les coups !

Votre principale phobie ?

J’ai la phobie de la bêtise humaine, cela provoque chez moi un espèce de spasme terrible dans l’estomac, je deviens toute rouge. Je suis obligée de me faire un thé à la menthe en perfusion, c’est très efficace… Si, si, je vous assure ! Mon médecin me conseille d’en faire une par semaine en prévention.

Le plat que vous détestez ?

Vous ne me ferez jamais manger du lapin. Rien qu’en le regardant, je peux sécher sur place. Le lapin, surtout quand on ne s’y attend pas, c’est assez indigeste !

 

Une recette de cuisine à nous conseiller ?

Mes bricks au fromage de chèvre et aux épinards… Recette rapide et qui plait à coup sûr. J’ai un succès fou avec…

 

Votre destination de vacances préférée ?

La lune, car, en cas de panne, j’atterris dans les étoiles… Je finis par m’y retrouver au final.

Votre endroit préféré à Toulouse…

La place du Capitole. Pas très original, mais elle représente l’identité de ma ville, sa signature.

Ce que vous ne supportez pas chez les autres ?

Les donneurs de leçons qui sont persuadés de détenir la vérité avec un aplomb déconcertant qui me laisse sans voix la plupart du temps… ce qui est très, très rare !

« Je disais à tout le monde que j’avais été adoptée… »

L’animal qui vous fait peur ?

Je suis une peureuse, comme on en fait plus ! Plus l’animal est gros, plus j’ai peur qu’il me mange…

Un souvenir de vacances ?

Une grande tablée avec la famille et les amis, éclairée par des bougies, sous les pins des Landes.

La carrière que vous n’auriez jamais pu embrasser ?

Je n’aurais pas pu être comptable, car je ne suis pas près de mes sous… Plus cigale que fourmi… On ne se refait pas…

Un concert qui a marqué votre vie ?

Le groupe ‘’Simply Red’’ aux Palais des sports… Magique ! Inoubliable, énorme…

Quel est votre plus grand regret ?

Que ma mère n’ait pas pu connaître mes enfants.

Une remarque désobligeante qu’on vous a faite récemment ?

Celle de me trouver un vrai travail… un vrai !

 

Vous souvenez-vous d’un (gros) mensonge d’adolescence ?

Je disais à tout le monde que j’avais été adoptée… Je sais, c’est laid !

 

Votre film référence ?

Il y en a deux, indissociables pour moi, ne me demandez pas de choisir : le premier c’est ‘’La couleur pourpre’’ de Steven Spielberg, et, ‘’A la poursuite du bonheur’’ avec Will Smith.

Si la fin du monde approchait, que vous empresseriez-vous de faire?

Je m’empresserais de faire le tour du monde en moins de 80 jours.

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport