[Grand angle] Troisième ligne: le débat sur les rails

© sarah-thuault-ney
© sarah-thuault-ney

Pendant trois mois, les Toulousains sont invités à donner leur avis sur l’intérêt du projet. Mardi, se tenait la première réunion publique organisée par la Commission nationale du débat public (CNDP).

Par Paul Lecras

Pour résoudre la thrombose routière, Jean-Luc Moudenc veut une troisième ligne de métro. Estimé à 2,128 milliards d’euros, le Toulouse Aerospace Express (un nom provisoire) est le plus important projet de transport de France, hors région parisienne. « Le TAE va avoir un impact sur l’aménagement du territoire, l’environnement et la santé publique. Est-il le meilleur moyen pour résoudre le problème de transport ? », Interroge Jacques Archimbaud, le vice-président de la Commission nationale du débat public, saisie sur ce projet comme pour tous ceux dépassant les 300 millions d’euros.
Créée en 1995, la CNDP va organiser le débat public à Toulouse à travers 80 événements prévus d’ici au 17 décembre. Mardi 13 septembre, plus de 450 personnes se sont réunies aux Espaces Vanel pour la première des quatre grandes réunions publiques. Plusieurs dizaines de personnes ont pu interpeller les élus pour la première fois sur le sujet. « Il vous appartient, à vous les citoyens, de vous approprier ce débat et de faire en sorte qu’il soit à la hauteur des enjeux », les enjoint Jean-Luc Moudenc, le maire de Toulouse, à l’ouverture de la réunion publique.
Si à la sortie, Catherine, une présidente d’association, regrette que « ceux qui viennent sont toujours les mécontents » ; Gérard, un Toulousain, se satisfait de la bonne gestion des débats : « C’était positif de pouvoir en discuter, même s’il y a une frustration chez ceux qui ne peuvent pas s’exprimer dans une réunion publique de 450 personnes ».
Outre les grandes réunions, la CNDP organisera des auditions publiques d’experts, des ateliers, des rencontres avec des publics ciblés comme les commerçants, les étudiants ou les personnes à mobilités réduites. « Nous irons au contact des gens au stade, à l’aéroport, à l’hôpital et dans les communes autour de Toulouse », promet Jacques Archimbaud. Selon son estimation, la consultation devrait toucher entre 10 000 à 15 000 personnes, soit « dix fois plus importante que pour un débat ordinaire », assure-t-il.
La CNDP remettra son rapport en février. Libre ensuite au maitre d’ouvrage de tenir compte de cet avis non-prescriptif. « L’expérience montre que ne pas en tenir compte amène quelques ennuis, rappelle Jacques Archimbaud en référence au dossier de Notre-Dame-Des-Landes. Notre préoccupation est de faire gagner du temps en réglant les problèmes et d’enraciner la culture du débat public dans la société. »
Le tout pour un budget de 600 000 euros à la charge du maître d’ouvrage. « Autant que pour la pelouse du Stadium (460 000 euros, NDLR) », remarque malicieusement Jacques Archimbaud. Le prix de la démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.