Circulation : voici le probable périmètre de la future Zone de faible émission à Toulouse

Jean-Luc Moudenc aurait fixé son choix du périmètre de la future zone de faible émission à Toulouse, selon les informations de la Dépêche du Midi. Cette zone sera interdite à la circulation aux véhicules les plus polluants à partir du 1er mars 2021.

Le périmètre de la Zone de faible émission de Toulouse aurait été choisi ©DR
Le périmètre de la Zone de faible émission de Toulouse aurait été choisi ©DR

Jean-Luc Moudenc aurait choisi le périmètre de la future Zone de faible émission de Toulouse Métropole. Selon les informations de la Dépêche du Midi, ce serait le plus restrictif des quatre scénarios qui avaient été établis, en concertation entre la collectivité et l’État. Contactée, la mairie de Toulouse indique toutefois que « ce choix doit encore être proposé au vote du conseil municipal du 15 octobre prochain, afin d’être soumis à la concertation des habitants ». À partir du premier mars 2021, la circulation des véhicules les plus polluants serait donc interdite sur toute la partie de la commune incluse dans le périphérique dans une zone délimitée par le périphérique à l’Est, au Sud et au Nord, et par la Rocade Arc-en-Ciel et le Fil d’Ariane (RD901/A621) à l’Ouest.

 Le scénario le plus restrictif de la Zone de faible émission de la Métropole de Toulouse @Toulouse Métropole
Le scénario le plus restrictif de la Zone de faible émission de la Métropole de Toulouse @Toulouse Métropole

Une amélioration de la qualité de l’air pour 171 000 personnes

L’interdiction de circuler dans cette Zone de faible émission concernera les véhicules immatriculés avant le 1er janvier 1993 et ceux dont la vignette antipollution Crit’air portent les numéros 4 ou 5. Avec ce scénario, « environ 171 000 personnes bénéficient d’une amélioration de la qualité de l’air », indique Toulouse Métropole. Car l’objectif de ce nouveau dispositif est bien sûr de réduire la pollution atmosphérique, responsable de près de 50 000 décès par an en France. Selon Atmo’Occitanie, 8000 habitants de la métropole toulousaine vivent dans une zone de dépassement du taux de dioxyde d’azote, majoritairement émis par le trafic routier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.