mercredi 27 janvier 2021
Economie Jean-François Battesti : Indépendant, dans tous les sens du terme

[Portrait de décideur] Jean-François Battesti : Indépendant, dans tous les sens du terme

Carpe diem. Le cofondateur de l’enseigne RH Partners, spécialiste du conseil en ressources humaines, Jean-François Battesti, livre ses secrets de réussite : « une certaine philosophie de vie 

 

« L’humain au centre de l’entreprise ». Logique pour un dirigeant de société dédiée aux ressources humaines. Mais Jean-François Battesti applique également cette philosophie au sein même de son entreprise. « Avec mes collaborateurs, nous avons voulu une gouvernance collaborative. Nous étions précurseurs en la matière », confie-t-il. Après avoir fréquenté Sup de Co, ce « Toulousain pur souche » a fait ses armes à Paris, dans une société de conseils en organisation avant de rallier sa ville natale en 1984 et de créer sa propre entité de conseil en ressources humaines ; mais ne lui parlez pas de chasser des têtes, lui, évoque plutôt la gestion de talents. Rapidement, il intègre un réseau et entre en franchise dans celui de Florian Mantione Institut. Quelques années plus tard, en 1991, lui et d’autres souhaitent fonder leur propre réseau, et surtout « nos propres méthodes de gouvernance. » Ainsi est naît RH Partners : « Nous étions à la fois franchiseurs et franchisés ! C’est une forme d’économie circulaire. » Cette nouvelle gestion de son entreprise lui permet ainsi d’évoluer au sein d’un maillage tout en restant indépendant, « c’est mon caractère ! J’ai toujours eu en tête de créer ma société. » Entrepreneur dans l’âme, il n’a pourtant pas toujours nourri les mêmes rêves : « je voulais être médecin ou acteur ! »

« Le voyage est plus important que la destination »

Finalement, il est un peu les deux, venant au chevet des actifs qui souffrent de ne plus s’épanouir dans leur métier, tout en étant le chef de file d’une société en constante représentation de l’entreprise ; « En réalité, étant issu d’une famille conventionnelle, je n’ai pas eu le cran de m’affirmer et ai suivi un cursus plus traditionnel ! » Toutefois, il garde un pied dans le milieu artistique puisqu’il pratique le chant en chorale. Même s’il reste amateur de cinéma, il n’a finalement pas cultivé son côté « artiste ». Pourtant, on lui a souvent reproché d’être très différent dans sa vie professionnelle de sa vie privée, d’être détendu, libre dans sa sphère privée mais de céder au stress et à la procédure au bureau, bref de faire l’acteur. Mais « avec le recul je suis en accord avec moi-même. Je suis désormais en cohérence avec cette liberté de fonctionnement que je prône. » Il s’évertue à démontrer que l’on peut être performant et heureux. Le secret ? « Profiter du temps présent ! Le voyage est plus important que la destination. » Carpe diem, c’est aussi le leitmotiv lui permettant de profiter de sa famille, socle le plus important à ses yeux : « j’arrive à couper du travail car je fais confiance à mes collaborateurs, ce qui me permet de profiter pleinement de mon épouse et mes 4 enfants. » Un chef d’entreprise peut se sentir isolé, comme le confirme Jean-François Battesti, mais lui a su trouver les appuis nécessaires et se considère aujourd’hui comme un homme accompli.

 

 

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport