mardi 26 octobre 2021

Contact

spot_img
ActualitésLes repas d'affaires peuvent faire l'objet de contrôle. Quelques conseils.

Les repas d’affaires peuvent faire l’objet de contrôle. Quelques conseils.

Nombre de collaborateurs ont recours aux repas d’affaires dans l’exercice de leur profession. Ces derniers sont considérés comme des frais professionnels et peuvent donc faire l’objet d’exonération de cotisations sociales. Mais attention au redressement, l’Urssaf veille et contrôle.

repas d'affaires
Attention, tous les repas d’affaires ne peuvent pas être considérés comme des frais professionnels CC rawpixel.com-Pxhere

Pour être considérés comme des frais professionnels exonérés de cotisations sociales, les repas d’affaires doivent remplir certaines conditions. A défaut, l’Urssaf peut opérer un redressement.

Les repas d’affaires comme frais professionnels

Afin d’être qualifiés comme tels, ces frais doivent toutefois répondre à certains critères énumérés par le Bulletin officiel de sécurité sociale (Boss), opposable depuis le 1er avril 2021 :
• avoir un caractère exceptionnel (irrégulier et limité) ;
• constituer, pour le salarié, des frais en dehors de l’exercice normal de son activité ;
• être engagés dans l’intérêt de l’entreprise.

Pour bénéficier de cette exonération, l’employeur doit être en mesure de justifier de documents attestant la réalité du repas d’affaires, la qualité des personnes y ayant participé ainsi que le montant de la dépense effectivement supportée par le salarié

La notion d’abus manifeste

Ce régime d’exonération s’applique, sauf abus manifeste. Il est ainsi admis que les repas d’affaires sont présumés être des frais professionnels dès lors qu’ils sont limités à un repas par semaine ou cinq par mois. Au-delà de ces seuils, ils risquent d’être considérés comme un complément de rémunération (avantage) soumis aux cotisations sociales.
Toutefois depuis le 1er août dernier, le Boss a assoupli sa position. En effet, si les missions du salarié justifient leur nécessité, les repas d’affaires pourront être qualifiés de frais professionnels même au-delà des seuils précités.
L’abus manifeste s’apprécie, sur justificatifs, en fonction des missions du salarié et de la part que peuvent représenter notamment la prospection ou la représentation.

Ordre des Experts-Comptables d’Occitanie

Severine Sarrat
Au journal depuis 2008, elle en connaît tous les rouages. D’abord journaliste polyvalente, puis responsable des pages économiques, elle est aujourd’hui rédactrice en chef.
 

Face aux multiples crises, comment retrouver la sérénité ?

Écrivez à la rédaction !

Témoin d'un événement d'actu ?
Une info ou un avis à partager ?

spot_img

Les plus lus de la catégorie

spot_img