Qwant : comment le Petit Poucet du Web a séduit les collectivités

Lundi 7 octobre, la Région Occitanie, le Département de la Haute-Garonne, Toulouse Métropole et le Sicoval ont signé un partenariat avec Qwant, un moteur de recherche 100 % français. Mais quelles sont les raisons qui ont poussé les collectivités à opter pour Qwant plutôt que pour un mastodonte du Web ?

Qwant_Occitanie Data
©Qwant

C’est un sujet qui a mis tout le monde d’accord. À Labège, ce lundi 7 octobre, à l’occasion de la Mêlée numérique, le grand rendez-vous régional du numérique, les collectivités se sont engagées dans un important partenariat avec Qwant, un moteur de recherche lancé en 2013 et dont le siège n’est pas en Californie… mais à Nice.

Souvent qualifié d’ « anti-Google », Qwant est le seul moteur de recherche en Europe à disposer de sa propre technologie d’indexation Web. Il sera désormais installé par défaut sur tous les postes informatiques des administrations, mais aussi dans les établissements scolaires.

Qwant joue ses atouts

Qwant a déjà des adeptes. En 2018, l’Assemblée nationale avait opté pour ce moteur de recherche, suivie cette année par l’entreprise Safran ou encore par la Région Bretagne. Ce qui séduit ? L’éthique et la sécurité. « Qwant permet de préserver la confidentialité de la navigation : il ne trace pas les personnes qui surfent sur la Toile et n’utilise pas leurs données, notamment à des fins publicitaires. Il est porté par une déontologie que nous partageons », explique Bruno Ollier, directeur général délégué aux finances et au numérique au Conseil départemental de la Haute-Garonne. Autre atout : le côté 100% français. « C’est important pour la protection des données et la souveraineté d’appuyer le développement d’acteurs européens.

Avec ce partenariat, nous allons contribuer à augmenter le nombre d’utilisateurs de Qwant : or, plus il y a de recherches et plus les algorithmes s’améliorent », poursuit Thierry Sancerry, chef de projet usages et services numériques au Département. Enfin, Qwant représente aussi un outil pédagogique pour les jeunes collégiens à qui il sera proposé. « Le Département les sensibilise déjà à l’utilisation des données et à la déontologie du Web, avec Qwant Junior (un service qui filtre les contenus violents ou pornographiques, ndlr) », continue Bruno Ollier. D’autant plus que la charte signée inclut également un partenariat avec la startup Freya-Games pour le développement du jeu vidéo autour de ces thématiques.

Dès cette semaine, Qwant va être installé sur les quelque 5 000 postes informatiques du Conseil départemental, avant de toucher les 15 000 ordinateurs et tablettes des collèges. Sans compter les écoles, lycées… De quoi doper les 18 milliards de requêtes annuelles du moteur de recherche (chiffre 2018).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.