La déception des opposants au projet Teso et à la Tour Occitanie

La commission d’enquête publique sur le projet immobilier Toulouse Euro Sud-Ouest, dont fait partie la Tour Occitanie, n’a rendu que des avis favorables à son lancement. Et trop peu de réserves, déplorent ses détracteurs.

Tour Occitanie Toulouse

Le permis de construire de la Tour Occitanie est sur le point d’être signé. La commission d’enquête publique a dépouillé 1 763 contributions citoyennes et rendu ses avis sur ce dernier et sur l’ensemble du projet immobilier Toulouse Euro Sud-Ouest (Teso) : « Ils sont tous favorables », se félicite Toulouse Métropole.

Deux réserves sont toutefois émises, l’une pour agrandir la surface des espaces verts, l’autre pour compenser l’absence de logements sociaux dans la tour. Son promoteur devra en effet y dédier un programme de 3 950 m² sur la première phase de Teso.

Des recours épuisés

Les associations, « irritées » que ce rapport ne leur ait pas été directement transmis, ne sont pas surprises par ses conclusions : « La présidente de cette commission était chargée d’une précédente enquête publique (…) et avait recommandé en personne un projet de gratte-ciel », un conflit d’intérêt patent pour Richard Mébaoudj, président du collectif Non au gratte-ciel de Toulouse.

De son côté, le conseiller municipal socialiste Romain Cujives réitère sa proposition de referendum local, dans les meilleurs délais : « Nous offririons ainsi une réelle légitimité à la décision de construire, ou pas, la Tour Occitanie ». Une issue peu probable selon l’ancien maire et membre de Génération.s Pierre Cohen : « Jean-Luc Moudenc n’acceptera pas de referendum. Il n’a que deux projets pour se faire réélire : la Tour Occitanie et la troisième ligne de métro. Il ne cédera sur aucun des deux. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.