Le Conseil départemental intègre l’égalité femmes-hommes dans l’aménagement des futurs collèges

Le rapport 2019 sur l’égalité femmes-hommes en Haute-Garonne revient sur les actions menées par le Département en la matière. Ce principe sera désormais pris en compte dans l’aménagement des collèges. 

©-Quentinv57-Wikimedia

Les conseillers départementaux ont approuvé, le 12 décembre dernier, le rapport sur la situation de l’égalité femmes-hommes en Haute-Garonne. Celui-ci fait écho au plan pluriannuel adopté en juin 2019 dans lequel 50 mesures étaient annoncées. Parmi elles, l’intégration de l’égalité des sexes dans l’aménagement des collèges. « Le service d’architecture du Département s’est basé sur des études sociologiques concernant l’impact du comportement des élèves dans les espaces communs des écoles sur la reproduction des stéréotypes de genre », explique Christine Stébenet, conseillère départementale déléguée à l’égalité femmes-hommes.

Des toilettes aux vestiaires

Le premier établissement à bénéficier de ces nouveaux agencements sera celui de Seysses. Suivront les 18 autres qui seront construits d’ici 2024. Concrètement, la cour de récréation y sera pensée de manière à ne plus installer les terrains de jeux, majoritairement utilisés par les garçons, au centre de l’espace comme souvent dans les collèges. « Les filles ayant tendance à les contourner développent une habitude d’évitement. Ce ne sera plus le cas si ces aires se trouvent sur le côté, partageant ainsi la cour équitablement », précise l’élue.
Il y sera également conçu deux fois plus de toilettes réservées aux filles, bien séparées de celles des garçons. De manière à leur assurer une plus grande intimité, à l’âge ou de multiples bouleversements interviennent dans leur vie. Dans la même optique, l’ouverture des portes des vestiaires des collégiennes sera repensée afin qu’elles ne donnent plus vue sur les espaces où elles se changent.
« Des aménagements qui peuvent paraître anodins, mais qui ont une influence importante sur la manière dont les filles et les garçons interagissent entre eux et se considèrent », estime Christine Stébenet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.