[Dossier] Des ateliers de sensibilisation pour lutter contre les fake news

Les Toulousains s’engagent dans la lutte contre les “fake news”. Depuis deux ans, le Club de la Presse Occitanie, né à Montpellier, s’investit dans la sensibilisation des jeunes face au phénomène. Le principe est en train de se dupliquer dans la Ville Rose. – Marie Larpent

fake news toulouse
© JMC

Dans la région, la lutte contre les fake news a commencé en 2015, lancée par le Club de la Presse Occitanie, sous l’impulsion de sa directrice Agnès Maurin. Suite aux attentats perpétrés contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, l’association a ressenti une méfiance grandissante des jeunes envers les journalistes. Il devenait indispensable de faire de mener des opérations de prévention en milieu scolaire.
« Il y a, dans la fake news, la volonté de nuire au débat, d’orienter, voire de tromper le lecteur », explique la journaliste toulousaine Sophie Arutunian. Si la manipulation des esprits ne date pas d’aujourd’hui, le phénomène prend une ampleur considérable sur les réseaux sociaux.

À Toulouse, c’est donc Sophie Arutunian qui a pris le relais. Déjà familière du milieu associatif, la jeune femme a accepté de porter ce projet, qui lui permet d’allier engagement et compétences professionnelles. « On parle de démocratie ! Il faut absolument sensibiliser les jeunes, leur faire prendre conscience qu’ils sont responsables de ce qu’ils partagent sur Internet autant que de ce qu’ils écrivent. Nous devons leur apprendre à réfléchir avant de “liker” ou “partager” sur les réseaux sociaux. »

Pour cela, il est nécessaire de rappeler ce qu’est le métier de journaliste. « Le but n’est pas de tout remettre en question, mais d’aider les élèves à analyser une information, identifier les sources, savoir de quel média elle émane afin de comprendre si elle est digne de confiance.»
Aujourd’hui, le projet est lancé. Des binômes journaliste-spécialiste du web sont en train de se constituer. Une façon, pour Sophie Arutunian, « d’en finir avec la guéguerre qui oppose journalistes et communicants en les fédérant autour d’un même projet ». Les recherches de financement sont en cours, afin de défrayer les intervenants. Les premiers échanges avec des classes de collégiens et lycéens toulousains devraient avoir lieu en septembre prochain.

[Dossier] Fake news : cure de désintox

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.