vendredi 4 décembre 2020
Actualités Appel à la grève des livreurs Uber Eat et de Deliveroo de...

Appel à la grève des livreurs Uber Eat et de Deliveroo de Toulouse, ce vendredi soir

Face à la baisse de leur rémunération, les livreurs d’Uber Eat et de Deliveroo de Toulouse sont appelés à faire grève et cesser les commandes des plateformes numériques ce vendredi 30 octobre à 19 heures. Un rassemblement est prévu dans le centre-ville.

Les livreurs d’Uber Eat et de Deliveroo de Toulouse sont appelés à faire grève et cesser les commandes des plateformes numériques ce vendredi 30 octobre ©Franklin Heijnen
Les livreurs d’Uber Eat et de Deliveroo de Toulouse sont appelés à faire grève et cesser les commandes des plateformes numériques ce vendredi 30 octobre ©Franklin Heijnen

« La rémunération des livraisons ne cesse de baisser », constate Yohan Taillandier, le secrétaire général du Syndicat des Livreurs Ubérisés Toulousains. L’organisation appelle ceux d’Uber Eat et de Deliveroo de Toulouse à faire grève et cesser les commandes des plateformes numériques ce vendredi 30 octobre à 19 heures. Le représentant témoigne : « Je suis passé de 15 euros de l’heure en moyenne il y a deux ans, à 9 euros de l’heure aujourd’hui. Les plateformes recrutent énormément pour mettre les livreurs en concurrence et faire baisser les prix. Cette perte de chiffre d’affaires fait basculer la profession dans l’ultra-précarité. Payés à la tâche, nous gagnons moins que le SMIC et à peine plus que le seuil de pauvreté ». Il ajoute que leur statut ne permet pas aux autoentrepreneurs de bénéficier des congés payés et de l’assurance chômage.

Lien de subordination et manque de protection

Or, Yohan Taillandier considère que « le degré de subordination entre les plateformes et les livreurs est à son maximum ». Il prend pour exemple la possibilité qu’ont ces dernières de suspendre le compte de leurs prestataires, sans motif, et via un simple mail. « C’est une épée de Damoclès sur nos têtes. De nombreux livreurs sont venus nous voir récemment au syndicat, ne comprenant pas pourquoi ont leur interdit de travailler, du jour au lendemain. » Le représentant rappelle qu’un arrêt de la Cour de cassation du 4 mars 2020 a requalifié le statut d’un chauffeur Uber indépendant en salarié. « Elle a clairement établi que nous sommes des patrons fictifs, pieds et mains liés. C’est pourquoi nous réclamons au gouvernement davantage de protection ». En plus de la grève des commandes, les livreurs se rassembleront, ce vendredi 30 octobre à 19 heures, au bas des Allées Jean-Jaurès, à Toulouse.

Philippe Salvador
Philippe Salvador a été reporter radio pendant quinze ans, à Toulouse et à Paris, pour Sud Radio, Radio France, RTL, RMC et BFM Business. Après avoir été correspondant de BFMTV à Marseille, il est revenu à Toulouse pour cofonder le magazine Boudu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Articles en rapport