Manuel Bompard, la tête chercheuse

Adhérent de la première heure du Parti de Gauche, Manuel Bompard est aujourd’hui secrétaire général de la France Insoumise. Battu aux dernières législatives, le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle 2017 pourrait peser à Toulouse dans les années à venir.

manuel bompard
© DR

S’il n’a pas été élu député de la 9e circonscription de la Haute-Garonne en juin dernier, Manuel Bompard accumule pourtant les aller-retour Toulouse-Paris. Salarié d’une start-up toulousaine travaillant notamment pour l’aéronautique, le secrétaire général de la France Insoumise est de plus en plus sollicité par les médias. Un calendrier chargé qui lui laisse peu de temps pour se plonger dans ses lectures historiques, philosophiques et politiques. « J’essaye toujours de faire mon match de foot du jeudi soir pour décompresser », ajoute-t-il. Cette ascension fulgurante, l’ingénieur et docteur en mathématiques appliquées de 31 ans ne l’avait pas vraiment anticipée. Issu d’un milieu « plutôt de gauche », Manuel Bompard a toujours été intéressé par la chose politique mais il assure qu’ « il n’y avait pas de plan de carrière ». Il s’implique dans les luttes contre le traité européen en 2005 et contre le CPE en 2006. Et, dès 2009, adhère au Parti de Gauche. « Selon moi, le PS avait abandonné toute idée de rupture avec la mondialisation libérale. Et l’extrême gauche n’avait pas de volonté de gouverner. »

Thésard, il s’occupe assez vite de la coordination du parti à Paris. « J’ai ensuite intégré l’équipe de campagne en 2012 », précise Manuel Bompard. Débarqué à Toulouse en 2013, il est sollicité un an plus tard par Jean-Luc Mélenchon pour être son directeur de campagne aux élections européennes le Sud-Ouest avant de rempiler pour la présidentielle de 2017 « de manière naturelle ». Il en retient une « aventure enthousiasmante et une campagne où les habitudes politiques ont été bousculées ». Malgré la « déception et la frustration » liées à sa défaite aux législatives, il souligne la présence de six candidats FI au deuxième tour en Haute-Garonne et les bons résultats de Jean-Luc Mélenchon à Toulouse. De quoi rêver de la mairie ? « La France Insoumise est très ancrée dans la ville et aura de grandes ambitions. », répond-t-il. D’ici là, les élections européennes de 2019 seront une étape importante. « C’est une bataille qui m’intéresse », avoue celui qui a attrapé « le virus de la politique ».

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour à tous .
    Je suis surpris que la France Insoumise se présente à cette élection . Est ce pour jouer la complémentarité à Macron ce qui ne serait pas pour nous étonner après leur ralliement lors de la dernière présidentielle . Ils en oublient que les sondages lors de cette élection les donnaient à plus de 15% . Et que leur ralliement vient renvoie en queue de peloton . Même le couple Hollande/Royale ont rejoint macron sans doute pour un fauteuil bien rémunéré . Tous ces gens n’ont jamais été socialistes de leur vie .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.