Liêm Hoang Ngoc, l’économiste insoumis

Liêm Hoang Ngoc a été chargé des questions économiques dans l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Membre actif du mouvement France Insoumise, l’économiste de formation est aujourd’hui conseiller régional d’Occitanie et se bat pour faire entendre la voix des Insoumis.

Liêm Hoang Ngoc
DR

Lors de la dernière présidentielle, Liêm Hoang-Ngoc était responsable des questions économiques dans l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Mais c’est au sein du Parti socialiste qu’il a fait ses armes. Fondateur du parti Nouvelle gauche socialiste, cet Amiénois de 54 ans a longtemps hésité à se lancer vraiment en politique, malgré un engagement précoce au PS. Il était alors étudiant : « J’ai pris ma carte après les grèves de 1986, j’y suis resté deux ans. Le climat politique n’était pas très passionnant, c’est dans les milieux universitaires que j’ai trouvé ma place », commente l’économiste de formation, maître de conférences à la Sorbonne.
Loin des appareils, Liêm Hoang-Ngoc reste pourtant très actif et défend une vision de l’économie qui n’obéit pas à la doxa libérale. Un temps, il est même chroniqueur à la radio aux côtés de l’économiste toulousain Bernard Maris, décédé dans les attentats contre Charlie Hebdo. Mais la politique le rattrape rapidement : « Comme tous les intellos, on est dragué par les partis ». Lui, choisit de s’engager auprès d’Henri Emmanuelli, figure de l’aile gauche du PS et reprend sa carte du parti en 2003.

« La révolution citoyenne se fera par les urnes »

Au PS, Liêm Ngoc Hoang est secrétaire général de Nouveau monde, un courant du parti fondé par Jean-Luc Mélenchon et Henri Emmanuelli, qu’il considère comme son « père en politique ». En 2009, il est élu député européen dans la région Est. Et finit par s’éloigner d’un PS qui, sur l’échiquier politique, mène de plus en plus « une politique de centre droit ». En 2015, il quitte donc à nouveau le parti, tout en devenant conseiller régional, puisqu’éligible sur la liste de Carole Delga.
Deux ans plus tard, il rejoint la France Insoumise, mouvement fraîchement créé par Jean-Luc Mélenchon. « Les vrais socialistes sont là », commente dans un sourire celui qui est désormais sans groupe au Conseil régional. Les quatre conseillers régionaux insoumis ayant été exclus de Nouveau monde, le groupe dans lequel ils siégeaient. « Notre désaccord, on l’exprimera en tant que lanceurs d’alerte. Aux prochaines élections régionales, il y aura une liste France Insoumise », conclut celui qui est convaincu que « la révolution citoyenne, se fera par les urnes ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.