Fusion Métropole-Département : Claude Raynal en charge d’un rapport pour le Sénat

Vice-président de la commission des finances du Sénat, Claude Raynal va mener une mission de contrôle sur les conséquences financières d’une fusion des Métropoles avec les Départements. Le choix de l’ancien édile de Tournefeuille, candidat déclaré à la mairie de Toulouse soutenu par le président du Conseil départemental, a de quoi surprendre.

Claude Raynal
DR

Ce n’est un secret pour personne, Claude Raynal est un fervent opposant à la fusion des Métropoles et des Départements. Le président du groupe socialiste au sein de Toulouse Métropole l’a très souvent répété, « évoquer un tel rapprochement est une grossière erreur ». L’ancien maire de Tournefeuille vient cependant d’être chargé par le Sénat, avec son collègue de Haute-Marne Charles Guené (LR), de faire le point sur les conséquences du modèle lyonnais et sa possible duplication à Bordeaux, à Lille ou à Toulouse.

« L’objectif est d’abord de porter un jugement, trois ans après, sur la métropole de Lyon et de faire une analyse sérieuse sur ce qu’il s’est passé avec la division du département en deux. L’étude que nous allons mener sera objective. Mon avis est une chose mais nous regarderons les chiffres tels qu’ils sont », assure Claude Raynal.

Intéressé par la mairie de Toulouse et la présidence de la Métropole, l’élu a reçu le soutien de Georges Méric, président du Conseil départemental de Haute-Garonne. Cette situation, couplée à son opposition à une telle réforme, pose la question de la nomination de Claude Raynal pour cette mission. Jusque dans les rangs de la gauche toulousaine, ce choix est jugé « intrigant » par certains, même si personne ne s’exprime publiquement car l’heure est à l’union en vue des municipales. « Le Sénat établira un rapport technique. Ce n’est pas celui de Claude Raynal. Le Sénat ne se permettrait pas de valider un rapport tendancieux, et il ne le sera pas », se défend l’élu. Selon lui, il n’y a là « aucun conflit d’intérêts ».

Conclusions attendues au premier semestre 2019

Du côté du Conseil départemental, Georges Méric « prend acte » du choix fait par le Sénat : « Cette nomination me paraît pertinente car Claude Raynal est un élu qui connait parfaitement les problématiques des relations Métropole-Départements. »

Les conclusions du rapport sont attendues au premier trimestre 2019. « Si un projet de loi aborde le sujet prochainement, nous calerons notre étude pour remettre le compte-rendu avant les discussions au Parlement », ajoute Claude Raynal, qui pense cependant que cette réforme a connu un coup de frein du fait des tensions récentes entre le président de la République et les collectivités territoriales.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.