Franck Biasotto : M. Logement pragmatique

Adjoint au maire en charge du logement, président de Toulouse Métropole Habitat, maire du grand Mirail, Franck Biasotto est un homme aux multiples casquettes. À Toulouse, ville où la démographie est forte, son poste est crucial. Une position que cet ancien gestionnaire immobilier, macroniste convaincu a bien compris et entend résumer en un credo : « Construire beaucoup et mieux ».

biasotto
© DR

Franck Biasotto est tombé dans la politique « presque par hasard ». Celui qui est aujourd’hui adjoint au logement à la mairie de Toulouse s’est d’abord passionné pour le droit. Maîtrise puis troisième cycle à l’université Paris 2 Panthéon-Assas en poche, il fait carrière dans les assurances et l’immobilier. L’explosion de l’usine AZF marque un tournant dans son parcours. Ses proches sont touchés par la catastrophe. Tout en habitant Paris, il s’engage dans le Comité de défense des victimes d’AZF et s’installe à Toulouse en 2005. Devenu vice-président du comité, il rencontre des élus, et parmi eux Jean-Luc Moudenc. Quand ce dernier fonde le club de réflexion “Toulouse avenir”, après avoir perdu les élections municipales de 2008, Franck Biasotto le rejoint sans toutefois adhérer à un parti. « J’ai suivi un homme. Le dogmatisme m’a toujours gêné, je travaille avec des gens de tous horizons », commente-t-il.

En 2014, Jean-Luc Moudenc devient maire, lui adjoint au logement. Fervent défenseur de la Tour Occitanie, il balaie les critiques des détracteurs du projet qui dénoncent le manque de concertation, l’absence de HLM et la future gentrification du quartier populaire de Bonnefoy. « Cette tour va donner un élan nouveau à Toulouse. Sur la question des HLM, je crois qu’il y a une incompréhension. Sur l’aire, il y aura 35% de logements sociaux », avance Franck Biasotto. La problématique du logement social, l’élu la connaît bien. Celui qui est aussi maire du grand Mirail – qu’il n’aime pas appeler “quartier populaire”, trop péjoratif – a une idée bien précise du sujet. « Il ne faut pas concentrer les populations les plus défavorisées dans les quartiers déjà difficiles. Il faut construire des logements qui puissent accueillir tout le monde et répartir le logement social sur l’ensemble de la métropole », note-t-il. Une position sujette à débat alors qu’une enquête de “Mediapart” pointe de possibles discriminations dans l’attribution des HLM par Toulouse Métropole Habitat.

Un vaste chantier pour lequel il consacre toute son énergie. Car ce macroniste convaincu qui félicite l’action « d’un président qui rénove la France », ne veut afficher pour le moment d’autres ambitions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.