Européennes : pourquoi la mairie recherche des assesseurs pour les bureaux de vote ?

Échaudée par un manque d’assesseurs aux seconds tours des élections présidentielles et législatives en 2017, la mairie recherche des bénévoles pour tenir les bureaux de vote à l’occasion des Européennes au mois de mai. Une démarche qui reflète la mutation du paysage politique.

Européennes : pourquoi la mairie recherche des assesseurs pour les bureaux de vote

Des affiches dans les rues de Toulouse pour inciter les habitants à devenir assesseur d’un bureau de vote lors des prochaines élections européennes… La démarche peut paraître anodine. Elle ne révèle pas moins un changement d’époque. En effet, au temps pas si lointain où les grands partis traditionnels dessinaient le paysage politique, la question ne se posait guère. Chaque bord, avec sa base considérable de militants, fournissait le contingent nécessaire d’assesseurs.

Jusqu’à l’année 2017 qui a marqué un tournant. « Avec un duel Emmanuel Macron-Marine Le Pen aux présidentielles, et des oppositions LREM-France Insoumise aux législatives, les seconds tours de scrutin ont réuni des formations sans tradition forte de militantisme et pas forcément capables de mobiliser spontanément leurs partisans. La République en Marche a fait un gros effort, mais ce n’est pas le cas des autres », raconte Sacha Briand, adjoint au maire en charge des élections. Les scrutateurs des partis défaits aux premiers tours ne s’étant pas déplacés. « Réflexe classique et normal », selon Sacha Briand, des agents municipaux ont donc dû venir en renfort et travailler un dimanche sur la base de volontariat.

160 réponses en un mois

Pour l’élu, au-delà d’un paysage politique en pleine mutation, « c’est surtout la forme de militantisme qui a changé ». Si PS ou LR fournissent encore des assesseurs, la tendance à la diminution de leur base militante laisse plutôt présager une aggravation de la situation. L’objectif de l’appel à candidatures est donc de créer un réservoir de 500 citoyens prêts à faire fonctionner les 236 bureaux de vote de la ville. Car la loi oblige la présence d’un président et de deux assesseurs pour permettre l’ouverture d’un bureau. Les prétendants doivent être majeurs, inscrits sur les listes électorales à Toulouse et disponibles le dimanche 26 mai de 7h30 à 22h30. Une journée de bénévolat durant laquelle ils auront notamment à contrôler et faire signer la liste d’émargement, tamponner la carte électorale et bien sûr participer au dépouillement.

À ce jour, 160 personnes se sont portées volontaires. « Nous sommes encore loin de l’échéance. D’ici là, il y aura une relance de la campagne de communication et le recrutement devrait s’accélérer dans les dernières semaines avant le vote », prédit le conseiller municipal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.