Un député ariégeois demande que le temps de parole d’Emmanuel Macron soit décompté

Michel Larive, député France insoumise de l’Ariège, vient de saisir le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour réclamer un décompte du temps de parole d’Emmanuel Macron de celui de son parti LREM durant le Grand débat national.

 

Michel Larive, député France insoumise de l'Ariège
Michel Larive, député France insoumise de l’Ariège ©DR

 

Dans un courrier, adressé au président du CSA, Michel Larive estime que “le Grand débat national permet à la majorité présidentielle d’obtenir un temps de parole médiatique très conséquent”. Il rappelle notamment que les rencontres entre la président de la République et les maires à Grand-Bourtheroulde le 15 janvier, puis à Souillac vendredi dernier, ont duré plus de six heures chacune.

“Les longues prises de parole du chef de l’Etat, retransmises en direct et souvent en intégralité, sans retour plateau, par les chaînes d’informations en continu, lui ont permis de faire la promotion des propositions programmatiques de La République en Marche et ce, à quatre mois des élections européennes de 2019”, constate le député de l’Ariège.

Et c’est justement ces propos qu’il demande au CSA de comptabiliser dans le temps de parole de la majorité présidentielle, bien que nous ne soyons pas encore dans la période de campagne officielle. “Les interventions d’Emmanuel Macron et de ses collaborateurs ne peuvent excéder un tiers des prises de parole politiques totales sur les chaînes audiovisuelles”, rappelle le parlementaire.

Par ce courrier, il tient à s’assurer de la vigilance du CSA.

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.