Martin Malvy dit au revoir à la politique

Figure incontournable du paysage politique régional, Martin Malvy quittera à la fin du mois la présidence de Figeac Communauté, son dernier mandat exécutif. En 50 ans de carrière, il a marqué la région Occitanie de son empreinte. – Paul Périé

martin malvy
© Paul Périé

Son premier mandat, c’est en 1970 que Martin Malvy l’a obtenu en devenant conseiller général du Lot, deux ans après sa défaite aux législatives. « Un moment chargé d’émotion », se remémore-t-il, alors qu’il ne se destinait pas du tout à la politique. « C’était plutôt même le contraire », assure-t-il aujourd’hui, étant pourtant petit-fils et arrière-petit-fils d’élu.

Il s’est en effet orienté vers le journalisme, profession qu’il a exercé de 1961 à 1977 à Sud-Ouest, La Nouvelle République et La Dépêche du Midi. « J’avais décidé de ne pas faire de politique active. » Manqué ! De 1968 à aujourd’hui, le socialiste a remporté 26 scrutins sur 28 participations. « Quand j’y pense, je trouve ça incroyable », admet-il. « Je ne me suis rendu compte de ce chiffre qu’il y a très peu de temps. »

Maire, député, conseiller général puis régional, président de Région, président de communauté de communes, secrétaire d’État, ministre, Martin Malvy a quasiment tout connu en 50 ans de vie politique. Mais, à ses yeux, ce sont les fonctions locales, où l’on a réellement les rênes, qui sont le plus passionnantes. « La vraie mission d’un homme politique, c’est de proposer, de décider et de mettre en œuvre. Ce que l’on peut faire à l’échelle locale. » De ses années à la mairie de Figeac ou à la tête du Grand Figeac, il retient « le développement de l’économie et de l’emploi et la valorisation d’un patrimoine dont les habitants étaient conscients mais qui demeurait sous-exploité ».

À la présidence de la Région Midi-Pyrénées, qu’il a accompagnée dans le processus de fusion, il a « participé à la naissance d’une politique économique régionale. C’est en 1998, à l’époque où je suis devenu président, que les régions ont pris corps. » En 17 ans, il a mis en place le Plan Rail, soutenu l’éducation et l’enseignement supérieur « en insistant pour décentraliser dans les territoires », développé les transports, même si « la LGV restera une grande déception ». Sur ce dossier, qu’il a le sentiment d’avoir porté jusqu’au bout, il ne comprend pas la position de l’État qui va créer « un déséquilibre énorme dans le Sud-Ouest entre Bordeaux et Toulouse. On n’a pas engagé des milliards pour rapprocher Bordeaux à deux heures de Paris. Il y avait une logique de réseau », défend-il. Martin Malvyprofite de cette question pour glisser « son admiration sur la façon dont Carole Delga incarne la nouvelle région Occitanie sur ce dossier comme sur beaucoup d’autres ».

À 81 ans, Martin Malvy tourne une grande page de sa vie mais demeure très actif, notamment à la présidence du Comité de bassin Adour-Garonne. « L’âge devient une limite quand elle vous atteint physiquement », conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.