Toulouse rend hommage à l’exil républicain espagnol

L’année 2019 marque le 80e anniversaire de la Retirada, l’exil des Républicains espagnols qui ont fui le régime de Franco. La Haute-Garonne leur rend hommage au travers de sa saison culturelle estivale.

Crédit : Enrique Tapia Jimenez

En 1939, le général Franco impose une dictature en Espagne. Un demi-million de citoyens fuient le régime et le pays pour se réfugier en France. Toulouse devient rapidement un carrefour incontournable pour ces exilés, au point que la Ville rose reste encore marquée aujourd’hui par ce passé commun avec les Républicains espagnols. Alors que l’on commémore cette année le 80e anniversaire de cette Retirada, le Conseil départemental de Haute-Garonne a souhaité honorer la mémoire de ces femmes et de ces hommes qui ont franchi les Pyrénées en leur dédiant une programmation tout au long de la saison culturelle estivale.

Expositions, concerts et projection de films seront les temps forts de cet hommage. Les Toulousains pourront également découvrir, lors de l’exposition “Hommage à l’exil et au combat républicain espagnol”, du 1er juin au 30 septembre aux Olivétains à Saint-Bertrand-de-Comminges, des photographies et des pièces d’archives conservées par le Département.

Un appel à la collecte jusqu’en juin

Dans le cadre du cycle ciné-débat des chemins de la République, “L’exil d’un pays à l’autre”, des projections de films et documentaires sont organisées durant tout le mois de mai au cinéma Le Cratère, Ciné’bor à Villefranche-de-Lauragais et à la médiathèque de Noé. Même le festival 31 Notes d’Été, qui revient le 5 juillet, se mettra aux couleurs espagnoles. «Il mettra à l’honneur la richesse culturelle et l’apport de cette communauté à notre territoire», indique Anne Boyer, vice-président du Conseil départemental, chargée de la culture.

La direction artistique de la soirée d’ouverture a été confiée à Vicente Pradal, avec des artistes internationaux comme la gaitera galicienne (joueuse de cornemuse) Susana Seivane et la bailaora barcelonaise Ana Morales, qui a reçu le prix de la meilleure danseuse de la Biennale de Flamenco de Séville. «Tout au long du festival, la commémoration sera rappelée et tous les concerts ouvriront avec la chanson “El Paso del Ebro”, symbole de la lutte contre le franquisme», ajoute Anne Boyer.

Jusqu’en juin, les Archives départementales proposent un appel à collecte de documents écrits (tracts, journaux, documents personnels, etc.), iconographiques (photos, affiches, etc.), audiovisuels (films amateurs, enregistrements sonores, etc.) témoignant de l’exil des Républicains espagnols.

Wendy Le Neillon

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.