27e bougie pour le Festival de guitare d’Aucamville et du Nord toulousain

Du 14 mars au 6 avril, le Festival de guitare d’Aucamville et du Nord toulousain revient pour une 27e édition toujours aussi éclectique. Décliné sous toutes ses formes, le fameux instrument y endosse le rôle de porte d’entrée vers les styles et les genres musicaux du monde entier.

nina attal
Nina Attal ©Les deux pieds dans la fosse

Depuis 27 ans, la ligne artistique n’a pas bougé d’une corde. À Aucamville, initialement, et dans huit autres communes aux alentours aujourd’hui, c’est toujours la guitare qui est au centre de l’attention durant le festival. « C’est l’instrument du voyage par excellence, l’un des plus populaires au monde.

Des passionnés ont voulu créer un temps fort pour le mettre à l’honneur et démontrer sa diversité », raconte Aude Rayssac, coordinatrice du Festival de guitare d’Aucamville et du Nord toulousain. S’il est loin d’être le plus connu, l’événement est l’un des plus anciens de l’agglomération.

Un style différent chaque soir

Qu’elle soit électrique, basse ou classique, la guitare doit être au cœur d’un projet musical pour qu’il soit programmé à Aucamville. Une source intarissable et qui couvre, de surcroît, tous les genres. Des légendes du jazz manouche et du flamenco comme des disciples de Jimmy Hendrix se sont ainsi produits ici.

Et cette prochaine édition ne déroge pas à la règle. On entendra de la musique classique et de la bossa-nova autant que du blues et de la soul avec la jeune prodige française Nina Attal et Raul Midon, le natif du Nouveau-Mexique adepte de la technique de jeu appelée ‘’fingerpicking’’.

Ou encore des musiques du monde via une fusion audacieuse dans laquelle les riffs de guitares donnent une dimension rock aux chants et mélodies haïtiens de la prêtresse vaudou Moonlight Benjamin. « La programmation se fait en parfaite harmonie avec chaque municipalité. L’idée est que chaque soirée soit articulée autour d’un style différent », détaille Aude Rayssac.

Projections et expositions

Pendant trois semaines, dix concerts sont organisés dans les neuf communes concernées. Un tremplin destiné aux amateurs, une représentation des écoles de musique et une master class animeront également le territoire. Et pour compléter la partition, la guitare se décline aussi en image.

Notamment à travers un ciné-concert pour le jeune public autour du film d’animation ‘’Alice Comédies’’, mis en musique par l’Orchestre de chambre d’hôte, ainsi qu’une exposition des plus beaux clichés d’Alain Montségur et Christophe Cocolo, deux habitués du festival. Enfin, les stars de l’événement seront au petit soin avec la venue de deux luthiers qui dévoileront leurs superbes instruments, acoustiques comme électriques.

 

Du 14 mars au 6 avril, www.guitareaucamville.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.