[Investigation] TFC : Tout Fout l’Camp ?

SYL jtoul-15-11-12

DESAMOUR. Même si traditionnellement, Toulouse est une ville de rugby, le foot y a toujours eu sa place et le TFC a su faire vibrer le Stadium… du moins pendant un temps. Désormais l’enceinte se vide désespérément, et la déception, voire la colère, y prend place. Pourquoi le TFC ne fait plus recette ? Quelques éléments de réponse.

Manque de résultats, mercato pauvre, joueurs sur la retenue, dirigeants aux abonnés absents… il n’en fallait pas plus pour vider les tribunes du Stadium de Toulouse. Après 13 journées de championnat, le TFC est en position de relégable. « Cette année, dès septembre, le sort des Violets semblait scellé », déplore un supporter dont la déception se lit sur le visage. « Ce qui me désole encore plus c’est que je ne comprends plus les choix du club. Quelles sont les ambitions ? » poursuit-il, excédé. Dans les travées du stade municipal, c’est un sentiment d’incompréhension qui domine. D’abord, parce que le club semble perdre son âme, le temps des Pitchouns est révolu. « La force du TFC se trouvait dans sa capacité à former de jeunes joueurs, qui intégraient l’équipe première et partaient ensuite pour d’autres clubs, moyennant finance », se rappelle Frédéric Chapuis, journaliste à France Bleu Toulouse. Mais depuis Franck Tabanou, Daniel Congré et autres Moussa Sissoko, le centre de formation ne produit plus de jeunes talents pour nourrir l’équipe élite. Le projet du club se brouille alors au fil des saisons. La stratégie aurait-elle changée, misant sur le recrutement de joueurs expérimentés? Mais encore une fois, le manque d’ambition est flagrant pour le journaliste : « le recrutement du TFC est low-cost. Les dirigeants ont décidé d’aller chercher des joueurs dans les championnats secondaires de Serbie, Pologne, Hongrie, Roumanie… C’est comme ça que l’on se retrouve avec un Dominik Furman qui n’a même pas joué cinq matchs »

« Ce club est devenu un mouroir »

Les recrues restent peu utilisées et donc intransférables à bon prix par la suite. Le dernier ‘’coup’’ du TFC étant Aymen Abdennour, acheté 800 000 euros à Tunis puis revendu plus de 10 millions d’€ à Monaco. Seulement une transaction de ce type en trois ans, c’est peu. Le club vit ainsi sur ses acquis. Le président Sadran, qui n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations, se targue de son côté d’afficher un budget à l’équilibre, « mais ce n’est pas ce qu’on lui demande », s’exclame un supporter. Frédéric Chapuis va dans son sens, arguant qu’on ne gère pas un club sportif comme une entreprise classique : « un budget maîtrisé, c’est bien, mais ce qu’une équipe de foot doit offrir c’est du spectacle, du plaisir. Pour moi, ce club est devenu un mouroir. C’est violent mais c’est réellement mon impression ! » Et la colère ne cesse de monter, pour preuve la création d’un mouvement baptisé ‘’Un projet pour le TFC’’ auquel ont adhéré presque tous les ultras (BFS, Fan Club TFC, LesViolets.com, Indians Tolosa 1993, Occifans et Visca Tolosa). « Nous sortons du silence par amour du club. Nous désirons avoir la preuve qu’il vit encore », peut-on lire dans le manifeste publié sur internet. « En 10 jours, 1 400 personnes l’ont signé », explique Jean-Baptiste Jammes, créateur du site LesViolets.com, s’interrogeant sur les velléités du président Sadran : « pourquoi recruter des joueurs dont nous n’avons pas besoin ? Pourquoi laisser sur le banc les meilleurs d’entre eux ? » Incompréhension donc, et même inquiétude devant les derniers propos du coach Dominique Arribagé confiant à nos confrères de L’Equipe être à court de solutions : « La difficulté aujourd’hui, c’est de trouver les mots justes pour inverser cette tendance ! » Il faut effectivement éveiller les consciences, car un déclic reste encore possible. D’abord il doit être mental, faire évoluer les joueurs, les responsabiliser pour éviter les interviews d’avant-match, lors du déplacement au PSG, en arborant une casquette ‘’Paname’’ comme l’a fait Jean-Armel Kana-Biyik ou encore « comme Pešić en rentrant sur le terrain mort de rire. Quelle immaturité ! » s’emporte Jean-Baptiste Jammes. « Les talents individuels existent au TFC mais il faut les réveiller. Ce qu’il manque actuellement c’est la combativité. Les qualités techniques sont là mais les joueurs doivent maintenant mouiller le maillot », temporise Sébastien Dupuis, commentateur sportif sur Canal +, mais avant tout Toulousain. « La situation est inquiétante mais pas irrémédiable. Il ne faut pas oublier qu’Olivier Sadran a déjà sorti le club d’une mauvaise passe… » poursuit-il.

« Les talents individuels existent au TFC mais il faut les réveiller »

Mais pour son confrère Frédéric Chapuis, c’est justement le président qui est responsable de cette déroute : « il a toujours seriné qu’il décidait de tout au club, maintenant il doit donc assumer et venir devant les supporters pour expliquer ses choix ! » Car c’est également le reproche des passionnés, le manque de communication : « Sadran doit parler aux supporters qui ne comprennent plus son projet pour le club. Ailleurs, les supporters sont bichonnés mais ici on se fiche de nous », témoigne Jean-Baptiste Jammes. Les supporters avaient bien tenté de déployer des banderoles lors d’un match au Stadium pour demander des comptes au président « mais le service de sécurité nous les a confisquées », témoigne un supporter. Même du côté des journalistes sportifs, la même constatation : « une véritable chape de plomb a été coulée. Le TFC ne s’exprime jamais dans les medias, ne réagit à aucun événement touchant le club qu’il soit positif ou négatif. » C’est un parti pris mais il faudra ouvrir le dialogue. « Les ultras doivent insister car bientôt les dirigeants n’auront plus le choix, ils devront communiquer», précise Sébastien Dupuis qui observe aujourd’hui une fracture au club mais dont il est persuadé que les dirigeants ne la laisseront pas s’ouvrir. D’autres parlent plutôt d’un club aseptisé, tombé dans l’indifférence générale, « pour preuve seulement 8 800 entrées ont été vendues lors du dernier match à domicile, soit la pire affluence depuis 1997. » Un sursaut est donc nécessaire si le TFC ne veut pas évoluer en L2 la saison prochaine, pronostic unanime si le club ne réagit pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.