[Edito] Aux armes e-citoyens !

« Moi j’vous l’dis, l’Internet, ça va remplacer l’ordinateur, c’est sûr !» À sa manière un peu confuse et à grand renfort de roulement de “r”, ce grand devin qu’est mon grand-père avait prophétisé l’avènement des outils numériques il y a de cela une bonne dizaine d’années au moins. Sûrement pressentait-il le rôle qu’ils allaient prendre dans nos vies. Le fait est qu’aujourd’hui, devant une panne de machine à laver, un trou de mémoire sur le nom d’une actrice repérée dans une série américaine où même la difficulté de trouver l’âme sœur, toujours le même réflexe : chercher la solution sur un écran connecté. À chaque problème, son application.

Mais face à un obstacle d’une tout autre échelle, celui d’une démocratie en panne et du sentiment partagé par de plus en plus de citoyens de ne pas être entendus, que valent les outils numériques ?

A priori, les possibilités sont vertigineuses. En 2017, un inconnu, seul dans son coin, peut obtenir en quelques mois seulement, une audience de dizaines de milliers de personnes sur YouTube ou Twitter avec des coups de gueule politiques. Il n’a jamais été aussi simple d’interpeller les décideurs en lançant une pétition sur change.org ou encore de débattre d’un sujet directement avec son élu local sur politizr.com. Et de nouvelles fonctionnalités apparaissent chaque jour dans le paysage en pleine effervescence de la civic tech.

En nous offrant une masse d’information en temps réel 24 heures sur 24 mais surtout en démultipliant la vitesse et la portée d’échange de ces informations, les outils numériques nous promettent une capacité de mobilisation à faire pâlir l’historique militant cégétiste et ses sandwichs merguez. Mais si le monde du numérique entend redonner la parole aux citoyens, c’est soit que nous l’avions perdue, soit que les élus souffraient de surdité. Une vague technologique peut-elle suffire à retrouver l’ouïe et faire renouer ces derniers avec les vertus de la concertation ? En attendant l’ère de la e-démocratie, les e-citoyens, eux, semblent prêts à jouer leur rôle de citoyen tout court.


Dans le même dossier :

Vers une démocratie participative ?

Ils font la politique sur le web

Politizr : la co-construction d’un débat politique

Dany Caligula, ce Toulousain qui décrypte les présidentielles sur Youtube

La République est morte, vive la e-République

Les solutions pour suivre la politique facilement



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.