La science participative pour traquer les nanoparticules

Deux chercheuses du laboratoire Géosciences Environnement distribuent depuis le 14 avril des guirlandes d’écorces de platane aux Toulousains. Objectif : utiliser ces biocapteurs pour mesurer la présence de particules fines issues du trafic routier dans les maisons. – Fleur Olagnier

© Florent Hodel CNRS
© Florent Hodel CNRS

« Les émissions de gaz et de particules du trafic routier sont à l’origine de 48 000 décès par an en France. Avec le projet NanoEnvi, nous voulons traquer les particules les plus fines dans la Garonne, dans la rue et à l’intérieur des logements », affirme Mélina Macouin, chercheuse au CNRS.

C’est grâce à la science participative qu’elle et Sonia Rousse, du laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (GET), souhaitent mettre en évidence la présence de nanoparticules dans les maisons. Ces particules, de toute nature, sont dangereuses car leur finesse facilite leur passage en profondeur dans l’organisme, et décuple les risques de maladies pulmonaires et cardio-vasculaires et ainsi que d’AVC.

Les chercheuses proposent ainsi aux Toulousains d’installer chez eux une guirlande d’écorces de platane. Ces biocapteurs vont en absorber, pendant six mois à un an, les nanoparticules issues de la pollution routière. À la fin de l’expérience, les écorces seront analysées via une méthode utilisant le magnétisme. « Nous allons mesurer la quantité d’oxydes de fer dans les échantillons, des éléments produits par la combustion des moteurs. Nécessairement liés aux nanoparticules, ils indiquent la présence de ces polluants dans les écorces », éclaire Mélina Macouin.

Des guirlandes pourront être installées dans 200 logements, et ainsi permettre de dresser une carte en 3D de la pollution urbaine aux particules extra-fines à Toulouse. L’objectif sera ensuite de développer des partenariats avec des organismes pour observer plus en détail l’impact de ces nanoparticules sur la santé, et de les inclure dans les études de qualité de l’air, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

https://nanoenvi.omp.eu

L’équipe NanoEnvi présentera le projet et lancera une nouvelle campagne de sensibilisation lors du Forum du CNRS “Que reste-t-il à découvrir ?”, les 15 et 16 juin au Théâtre national de Toulouse (première présentation les 14 et 15 avril au Quai des savoirs).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.