Ramonville fait la chasse aux perturbateurs endocriniens

Ramonville-Saint-Agne signe la charte ”Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens”. Le moyen pour la mairie de souligner son engagement en la matière et pour les associations de sensibiliser le public.

La signature de la charte ”Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens” est une évidence pour le maire de Ramonville-Saint-Agne, Christophe Lubac : « Nous avons entrepris une démarche responsable sur le sujet depuis déjà une décennie. Cela fait quatre ans par exemple que nos services n’utilisent plus aucun produit phytosanitaire dans la commune. Nous n’avons pas attendu que la loi nous y oblige. » Interdire l’usage, réduire notre exposition, informer, mettre en place des critère écologiques…

La charte, signée par plus de 200 villes françaises depuis 2017, dont Toulouse, s’inscrit dans la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens. L’idée est de chasser ces molécules en s’appuyant sur les collectivités locales. Celles-ci disposent en effet du levier économique de la commande publique et peuvent agir sur la formation des professionnels.

Des prélèvements de cheveux sur des élus ramonvillois

« À présent, nous voulons embarquer les citoyens, car chacun a sa responsabilité dans l’évolution du phénomène », lance l’édile. C’est la raison pour laquelle la mairie de Ramonville-Saint-Agne a fait appel au tissu associatif local, « qui vulgarise, forme et parvient ainsi à changer nos habitudes. »

Pour marquer le coup, Christophe Lubac et quatre élus municipaux se feront prélever quelques cheveux, afin de mesurer leur concentration en phtalate, une de ces molécules qui peuvent induire des effets délétères sur l’organisme « Il s’agit de démontrer que c’est un problème qui touche tout le monde et dont nous serons comptables auprès des générations futures », conclut le maire.

Philippe Salvador

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.