Observatoire du bruit. Toulouse métropole s’engage dans la lutte contre les nuisances sonores

Un observatoire du bruit pour mesurer et lutter plus efficacement contre les nuisances sonore. Un projet lancé par Toulouse Métropole et l’association Acoucité dans le cadre de son Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE). 

avion atterrissage nuisances sonores bruit
Création d’un observatoire du bruit pour mesurer l’impact des infrastructures de transport © DR

Dans le cadre de son Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement (PPBE), Toulouse Métropole s’est engagée dans la lutte contre le bruit dans l’environnement par la mise en œuvre et la pérennisation d’un observatoire du bruit.

Un réseau de balises pour mesurer le bruit

Avec l’appui de l’association Acoucité, un réseau de monitoring composé de 8 capteurs appelés aussi « balises acoustiques » (10 d’ici la fin de l’année) a été installé sur des secteurs à enjeux ou de projets urbains : quartier Marengo, espaces verts et zones de loisirs, Montaudran, Ile du ramier, etc.

Les balises composées d’un petit panneau solaire, pour une alimentation autonome et durable en énergie, mesurent le niveau des sons perçus par les passants. Les données sont mesurées et envoyées par réseau GSM aux services de la Métropole pour traitement et analyse.

Ces données permettent de qualifier objectivement l’environnement sonore d’un espace public mesuré, de proposer des activités compatibles pour les habitants (sport, détente, repos…), ou encore d’étudier si nécessaire la possibilité d’améliorer la qualité sonore de l’espace public.

Mesurer les nuisances sonores des infrastructures de transport

Cet observatoire a pour but de mesurer l’impact des infrastructures de transport, de consolider la connaissance du territoire et des actions des différents acteurs locaux, de regrouper et d’analyser les données de l’environnement sonore et d’étudier de nouvelles actions de réductions des nuisances sonores.

Ce partenariat avec Acoucité concerne aussi les nuisances sonores aériennes. L’association assistera la collectivité pour analyser les données issues du réseau de balises acoustiques « Sentinelle » financées par l’aéroport de Toulouse-Blagnac, qui mesurent l’impact sonore du trafic aérien. Acoucité et la Métropole seront ainsi en mesure de livrer une analyse objective et indépendante, de l’évolution des nuisances aériennes sur notre territoire.

(Source : communiqué de presse)

1 COMMENTAIRE

  1. La nuit il n’y a plus d’avions par contre les nuisances des terrasses de café qui durent souvent jusqu’à 3 ou 4 heures du matin empêchent des milliers de Toulousains de dormir et il n’y pas besoin d’un observatoire pour s’en rendre compte, Que fait la Mairie contre!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.