Le Département s’engage pour un entretien des bords de route sans produits phytosanitaires

À l’occasion de la Semaine pour les alternatives aux pesticides qui se déroule du 20 au 30 mars, le Conseil départemental de la Haute-Garonne renouvelle son engagement dans la diminution du recours aux produits phytosanitaires, en particulier dans l’entretien des bords de routes départementales.

Route bord de route zero phyto

Véritables refuges pour la biodiversité, les bords de route végétalisés font office de couloir de vie pour la faune et la flore, et constituent une passerelle biologique permettant des connections entre les milieux.

Dès 2010, la collectivité a mis en place des actions pour diminuer largement l’usage des pesticides le long des routes départementales et ainsi mieux protéger ses usagers et riverains. Ce protocole permet la gestion de la flore indésirable, tout en respectant l’environnement. La quantité de litres de désherbants utilisés est passée de 6000 litres en 2010 à seulement 15 litres en 2018. Les produits encore utilisés aujourd’hui sont notamment nécessaires pour la désinfection des outils afin de limiter les risques de propagation de la maladie du chancre coloré des platanes.

Afin de favoriser ces nouvelles pratiques d’entretien, le Département a mis en place un fauchage raisonné le long des routes départementales, qui respecte les cycles de reproductions végétales en intervenant à maturité des plantes et en laissant aux végétaux une hauteur plus importante. Cela a pour effet de diminuer le nombre de coupes, de couper l’herbe plus tardivement au printemps et surtout de permettre le développement d’une flore diversifiée favorable à l’habitat des oiseaux, hérissons et petits rongeurs.

41 mesures concrètes pour améliorer la qualité de vie

Pour aller plus loin dans sa démarche de préservation de la biodiversité le long des routes départementales, le Conseil départemental s’associe au Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées afin d’identifier et de conserver la flore sauvage, rare et menacée. Ce partenariat a d’ores et déjà permis la préservation de 11 espèces de plantes protégées présentes sur 32 communes.

En 2018, le Département s’est également doté d’une épareuse électrique, une première pour ce type de collectivité, destiné à effectuer un débroussaillage respectueux de l’environnement. Cet outil permet une réduction de la consommation de 25 % par rapport à un débroussailleur classique, mais également moins de rejets nocifs, de déchets et de pollution sonore.

“Dans le cadre de son plan d’actions 2017-2020 pour l’environnement, le Département a fait de la transition écologique une de ses priorités, en devenant une collectivité exemplaire, dans le domaine de la réduction de l’usage de pesticides, la préservation de la biodiversité, la protection des sols, des ressources en eau ou le développement de l’agro-écologie. Le Département engage un budget de 150 M€ pour la réalisation de 41 mesures concrètes, afin d’améliorer la qualité de vie des haut-garonnais et de préparer l’avenir de son territoire”, souligne Georges Méric.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.