Des familles yezidies victimes de l’Etat Islamique ont atterri à Toulouse

Ce mercredi 22 mai dans la soirée, 28 femmes yezidies accompagnées de leurs enfants ont atterri à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Le vol parti d’Erbil, capitale du Kurdistan irakien, a été organisé par l’Organisation internationale pour les migrations et financé par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, dans le cadre d’un programme d’accueil des réfugiés.

Au cours de ces dernières années, la minorité yézidie a été particulièrement ciblée par l’Etat Islamique en Irak : 180 000 d’entre eux ont fui la région du Sinjar en 2014, et le nombre d’enlèvements en 2017 était estimé à plus de 6000. La plupart des hommes ont été assassinés et les femmes mises en captivité, puis vendues et réduites en esclavage sexuel.

L’accueil en France de ces familles répond à la promesse faite par le Président de la République le 26 octobre 2018 à la Prix Nobel de la Paix yézidie Nadia Murad, elle même victime de l’Etat Islamique, d’accueillir 100 femmes de cette minorité.

Les familles logées dans le Tarn et en Lozère

C’est l’organisation Habitat et Humanisme qui va s’occuper, pour une durée d’un an, de l’accompagnement social et administratif de la centaine de femmes et d’enfants, qui bénéficient du statut de réfugiés.

Un hébergement leur sera proposé pour quelques mois, puis ils seront logés de manière pérenne dans trois communes du Tarn, dont Carmaux, ainsi qu’en Lozère. Les enfants seront scolarisés tandis que les femmes auront accès aux formations linguistiques dans le cadre du contrat d’intégration républicaine (CIR), organisées par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), et seront accompagnées vers l’insertion professionnelle. Une attention particulière sera portée à l’accès aux soins médicaux ainsi qu’à un accompagnement psychologique de qualité et adapté.

Un accompagnement complet

L’objectif étant de les amener vers une autonomie complète, ces familles seront suivies quotidiennement par des équipes de professionnels, constituées de travailleurs sociaux, d’interprètes et de jeunes volontaires en service civique. Pour soutenir ce travail de terrain, Habitat et Humanisme met en place une cellule de coordination, composée d’un psychologue spécialisé en traumatologie et d’un professeur spécialiste de la culture yézidie et de la langue kurmandji. Cette cellule permettra la mise en réseau des différentes parties prenantes de l’accueil, de l’accompagnement et du parcours d’intégration de ces familles.

Habitat et Humanisme lance aussi un appel à la générosité de la population voisine, pour des dons alimentaires et vestimentaires mais aussi pour des propositions d’accompagnement des familles afin de créer du lien et empêcher leur isolement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.