Stéphanie Ledoux, artiste globe-trotteuse

Passionnée par les voyages et par le dessin depuis l’enfance, l’artiste toulousaine sillonne la planète pour croquer les visages des inconnus qu’elle rencontre et ainsi montrer l’être humain dans toute sa diversité. Axelle Szczygiel

Stephanie Ledoux
© Franck Alix

Sans frontières

Deux à trois fois par an, Stéphanie Ledoux quitte son atelier du quartier Saint-Cyprien, sac sur le dos, pour l’un ou l’autre bout du monde. « La magie du dessin est de surmonter la barrière de la langue. Lorsque je leur montre mes carnets, les gens se mettent très vite à les commenter. Cela crée parfois des liens entre des communautés qui ne se seraient jamais rencontrées autrement ! »

Face-à-face

Pour saisir leurs traits et expressions, Stéphanie fait poser ses modèles une quinzaine de minutes, pas plus. « C’est intimidant de poser devant un étranger. Alors j’essaie de nouer le contact avec le regard, le sourire, et il y a toujours un moment où ils se détendent. C’est celui que je préfère ! » Vient ensuite l’heure pour le modèle de se découvrir. « De la gêne, de la fierté, des éclats de rire, des critiques… Les réactions sont variées ! »

Préconçus

Ces portraits reprennent vie au retour, dans son atelier, où elle les nourrit de tous ses souvenirs de voyage. En les exposant, elle dit se livrer uniquement au « plaisir égoïste de partager ces bons moments ». Mais bien souvent, le public y décèle aussi un message d’ouverture à l’autre. « Si mes dessins permettent de briser certaines idées reçues, tant mieux ! », note l’artiste.

Mondes perdus

Un périple marquant ? La Papouasie. Participant à une expédition scientifique, elle a pu y découvrir « des coins de pure nature, qui n’ont subi aucun impact de l’homme ». « C’est émouvant, et cela interroge aussi… », se souvient-elle. Elle fait le parallèle avec la Birmanie, un pays « longtemps épargné par le tourisme de masse», qu’elle affectionne tout particulièrement. « Depuis l’ouverture brutale du pays vers l’extérieur, on voit des cars de touristes envahir des lieux autrefois propices à la méditation… »

Pédagogie

Comme chaque année, Stéphanie Ledoux participera au festival Terres d’ailleurs, du 29 novembre au 3 décembre, « une occasion privilégiée d’échanger avec des grands noms de l’exploration dans un cadre intimiste. » Elle y animera un atelier sur le carnet de voyage. « C’est le seul moment dans l’année où je délivre mes “recettes” au public ! » Puis ce sera reparti pour un nouveau voyage : direction le Costa Rica !

www.stephanie-ledoux.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.