[Edito] No future sans culture

« Cela commence à devenir très compliqué ! » Impossible d’éviter la sentence. Ces derniers temps, pas une seule conversation avec un acteur du secteur culturel ne s’achève sans que la difficulté à boucler le budget annuel ne vienne sur le tapis. En cause bien sûr, les baisses de subventions continues qui imposent tout un secteur à repenser son modèle économique, voire sa raison d’être. Cela n’aura échappé à personne, la culture est loin d’être la préoccupation des candidats à la présidence et l’on se demande chaque jour combien de temps le régime des intermittents du spectacle pourra résister aux assauts répétés du Medef.

aidesalacultureHR02

Hormis quelques villes qui en ont fait leur marque de fabrique, comme Tournefeuille, dont nous racontons l’expérience dans le dossier de la semaine, tout le monde est à la même enseigne. Mais il faut bien avouer qu’à Toulouse, entre abandons de projets, mise en vente de lieux emblématiques et coupes drastiques dans les budgets, les nouvelles sont alarmistes ces dernières semaines.

Il est loin le temps des politiques ambitieuses et d’un ministère puissant guidé par le sourire bright de Jack Lang. Mais la période de deuil semble arriver à son terme. Désormais, le monde culturel a compris qu’il fallait s’adapter à une nouvelle donne et multiplie les pistes pour se réinventer. Mutualisation, entraide, nouvelles sources de financement comme le mécénat, dispositifs pour attirer de nouveaux publics et améliorer l’accueil, chacun y va de sa tentative. La crise a bien souvent le mérite de décupler la créativité. Pour certains, cette période tombe même à pic pour sortir du confort et repartir au combat, démontrer à quel point la culture est indispensable à la vie. Elle n’est plus seulement apportée d’en haut mais partagée par chacun. C’est notamment l’expérience menée dans les cafés culturels associatifs qui essaiment un peu partout en ville. Car c’est ce qu’il y a de bien avec la culture, elle est immortelle. Si on la chasse par la porte, elle reviendra toujours par la fenêtre.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.