Casanova l’indécent, le cocktail artistique de Gilles Ramade

©DR
©DR

BOURREAU DES COEURS. Les 25, 26 et 27 février prochain, le Casino Théâtre Barrière de Toulouse accueillera la comédie musicale Casanova l’indécent, un spectacle audacieux entre airs d’opéra et musique contemporaine. Rencontre avec son créateur Gilles Ramade, un artiste polyvalent.

«Touche à tout », c’est ainsi que Gilles Ramade parle de lui. D’abord pianiste pour le ballet du Capitole, il étudie le théâtre classique au Conservatoire puis devient chanteur lyrique, et se produit dans toute la France et en Europe. Avec ce parcours d’artiste polyvalent, l’homme excelle, mais choisit finalement d’opérer un changement dans sa vie. « J’en ai eu assez d’être toujours en tournée… J’ai donc monté ma compagnie de théâtre, chant et danse. Je ne suis pas intéressé par une forme spécifique de musique, je l’aborde comme un support dramatique en fonction des sujets que je traite. Certaines choses ont besoin d’être dites, d’autres chantées ou dansées… », explique-t-il. Cette pluridisciplinarité, on la retrouve dans sa dernière création, Casanova l’indécent, retraçant la vie de ce célèbre séducteur qui finalement, est bien plus que ça : un homme aux talents multiples et au destin hors du commun. « Je l’ai découvert autrement, c’était quelqu’un de très lettré, qui a étudié les sciences, la religion… touché à la politique, a été écouté, a fait des concessions aussi. Il a eu le courage d’écrire ses mémoires, c’est un héritage tout à fait franc et sincère, un peu cru, décrié même », précise Gilles Ramade. C’est à partir de ces mémoires qu’il a écrit son spectacle. Six mois d’écriture ont été nécessaires pour « faire vivre le mieux possible ce que Casanova a laissé », sa vie de voyageur, ses rencontres et ses conquêtes amoureuses.

« Faire vivre le mieux possible ce que Casanova a laissé »

Pour y parvenir, Gilles Ramade a appréhendé cette œuvre comme une pièce de théâtre, portée par des mots, une écriture théâtrale donc, dans la verve du XVIIIe siècle. « Les parties chantées correspondent à des moments de réflexion, donnent une émotion, transmettent la philosophie de Casanova. La danse et le travail chorégraphique illustrent les scènes physiques et sexys inhérentes à ce personnage qui a tout de même eu 122 maitresses ! » commente l’auteur. Bien sûr, toutes ne sont pas incarnées, mais le spectacle, avec sa vingtaine d’acteurs, propose à voir près de 120 personnages apparaissant tout au long de la vie de Casanova. « C’est un énorme travail pour la troupe, physiquement et artistiquement, pour mettre de l’humour dans ce récit de vie, cette succession de bonheurs et de malheurs…» souligne Gilles Ramade, conscient de l’investissement qu’il a demandé à ses collaborateurs lors de cette réalisation, loin d’être une comédie musicale classique. « Je ne souhaitais pas rester dans cet ostracisme du genre, cet aspect chanson un peu trop variétoche, qui fait beaucoup de mal au genre musical comme je l’entends et comme j’ai envie de le défendre » s’exclame le metteur en scène. Ainsi, entre les extraits d’opéras de Mozart, Rameau, Vivaldi et Glück, le spectacle présente également des chansons originales composées par Gilles Ramade et Guillaume Soulan, compositeur de musiques actuelles. Un mélange rock et classique qui offre un spectre très large de possibilités qui insuffleront un air de modernité à la vie de Casanova.

Une belle collaboration

Pour ce spectacle commandé par le Casino Théâtre Barrière, la Mairie de Toulouse et l’association Les Nouveautés lyriques, Gilles Ramade signe les textes et la mise en scène, et compose les musiques originales en compagnie de Guillaume Soulan (qui compte parmi ses collaborations Hubert Felix Thiefain, Amandine Bourgeois, Amel Bent et Julie Zenatti). Les chorégraphies sont, elles, réalisées par Mathilde Ramade.

Infos :

Les 25, 26 et 27 février à 20h30 au Casino Théâtre Barrière

http://casanovalemusical.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.