[#LeBQE] Pourquoi la gare de Toulouse s’appelle-t-elle Matabiau ?

LÉGENDE – Le voyageur qui pose ses valises sur le parvis de la gare toulousaine n’a pas idée de ce qui se cache derrière ce terme occitan : une histoire sanglante et macabre…

matabiau

Devant la gare, un couple de touristes parisiens est planté le nez en l’air, en attendant qu’un taxi se libère. À la verticale d’une monumentale horloge, les lettres de Toulouse-Matabiau s’affichent sur la façade en pierres de Saintonge. « Quelle belle gare ! Elle ressemble à notre gare de Lyon ! », remarque-t-il. « Et quel joli nom ! Matabiau, cela sonne mieux qu’Austerlitz !» s’amuse telle. Cela sonne si bien que les Zebda l’ont chanté : « Des garçons et des filles s’y séparent (Matabiau), y pleurent parce que c’est ça un départ (Matabiau ), on rit, on pleure, c’est tout ça ma gare (Oh Matabiau !)… »

Pour connaître l’origine de ce mot, un premier coup d’œil s’impose sur le site Internet de la SNCF, qui explique que « Matabiau vient de l’Occitan “mata buoù”, qui signifie “tuer le bœuf” ». La page rappelle qu’au IIIe siècle, Saturnin, premier évêque de Toulouse, est attaché par les pieds à un taureau. Que l’animal, furieux, traverse la ville en passant par la rue du Taur (taureau en Occitan). Et qu’« il est tué non loin de la gare. Le nom est resté. »

Voilà, l’enquête semble bouclée depuis des lustres. Par acquit de conscience, allons chercher confirmation auprès de celui qui connaît par cœur la vie de Saint-Saturnin : le médiateur culturel du Musée Saint Raymond, qui est accessoirement docteur en archéologie.
« C’est une légende urbaine, sans aucun fondement historique ! » commence-t-il. « En fait, si le quartier Matabiau s’appelle ainsi, c’est parce qu’on y trouvait les abattoirs de la ville. Les Toulousains ont ensuite mélangé cela avec l’histoire de l’évêque supplicié. » Même géographiquement, la légende ne tient pas la route, le quartier s’étant subrepticement déplacé au fil du temps. Située à la fin du XIIe siècle du côté de l’actuelle place Jeanne d’Arc, la porte Matabiau était « en bordure des fossés qui servaient alors d’égout à la ville », rapportent les livres d’histoire. La rue du Taur, elle, ne s’appelle ainsi que depuis le XVIIIe siècle et « ne peut pas être celle qu’empruntèrent le taureau et Saturnin, puisqu’elle n’a été tracée qu’au Moyen-Âge, bien après les faits », rajoute le conservateur, fasciné par « cette autre histoire » que l’archéologie met au jour.

Une histoire de supplice, de sang et d’égout, à laquelle chaque voyage en train fera désormais penser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.