[En vue] Baptiste Beaulieu, médecin le jour, écrivain la nuit

©kevinfiguier
©kevinfiguier

Médecin le jour, écrivain pendant son temps libre, le Toulousain Baptiste Beaulieu a fait parler de lui sur Internet en interpellant Jean-François Copé. Auteur du blog à succès “Alors voilà”, il vient de publier son troisième roman “La ballade de l’enfant-gris”.

 Par Delphine Tayac

Chocolatine « Coucou Jean-François Copé, l’homme qui pensait qu’un pain au chocolat coûte 15 centimes ! Je m’appelle Baptiste, je suis médecin généraliste et, l’été dernier, j’ai vu en consultation un vieil homme…» C’est ainsi que commence l’article de Baptiste Beaulieu, partagé plus de 52 000 fois sur Facebook. Il y raconte l’histoire d’un homme s’occupant de sa femme mourante et qui n’a pas de quoi lui payer des changes. «J’ai partagé cette histoire car je trouve que la déclaration du politique est d’une grande violence.»

Précarité Généraliste remplaçant en Midi-Pyrénées, Baptiste Beaulieu ne manque pas d’histoires à raconter. «Nous sommes les derniers confidents. Récemment, j’ai prescrit à un monsieur des compléments nutritionnels destinés aux cancéreux parce qu’il avait honte d’aller à la Banque alimentaire

Blouse Il y a quatre ans déjà, Baptiste Beaulieu avait ému les internautes. Alors qu’il est interne aux urgences de l’hôpital d’Auch dans le Gers, il ouvre “Alors voilà”, un blog pour raconter ses tranches de vie hospitalière. «Je voulais montrer qu’il existe des patients patients et des médecins humains. » Devant le succès du site, fréquenté par 5 millions de personnes, il sort son premier livre en 2013. “Les 1001 vies des urgences” se vend à 60 000 exemplaires.

Évasion Celui qui se dit influencé par l’écrivain Martin Winckler ou la poésie de Fernando Pessoa, vient de publier son troisième roman, “La ballade de l’enfant-gris”, le 28 septembre. Une histoire inspirée par le choc de la disparition de l’un de ses jeunes patients. «Mon blog me permet de raconter le lien qui m’unit aux patients ou aux soignants. Écrire des romans me permet de m’évader», explique-t-il.

Double vie A 30 ans, Baptiste Beaulieu mène de front deux journées en une. «J’écris tôt le matin et tard le soir. J’aime quand les patients annulent les rendez-vous, je peux me plonger dans l’écriture». Le jeune soignant n’a jamais voulu choisir entre ses deux passions. Et n’est pas prêt de le faire. « Si je ne rapporte pas les belles choses que je vois à mon travail, je gâche des trajectoires humaines et je me gâche en tant que passeur.»

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.