Des victimes de l’incendie de la rue Bayard toujours sans solution

Ce jeudi 28 février, le Droit au logement 31 tenait une conférence de presse devant l’immeuble du 73 rue Bayard, ravagé il y a bientôt deux mois par un incendie. L’occasion pour l’association d’alerter une nouvelle fois les autorités sur le sort d’une dizaine de familles toujours sans solution de logement.

Incendie rue Bayard (Toulouse)

Près de deux mois après l’incendie qui a touché leur immeuble de la rue Bayard, une dizaine de familles n’ont toujours pas de proposition de relogement. C’est le cas de Tahar et de sa femme, hébergés chez un cousin : « J’appelle le 115 tous les jours mais nous n’avons plus trop d’espoir. Ce que l’on voudrait surtout, c’est récupérer les bijoux, dont nos alliances de mariage, qui ont disparu après l’incendie. »

Entre le jour du sinistre et le moment où les habitants ont pu constater l’ampleur des dégâts et recouvrer leurs affaires, il s’est déroulé un mois. « C’est un scandale. J’ai été à l’hôtel pendant 18 jours et, depuis, je n’ai plus aucune aide. Je me débrouille à droite, à gauche, chez des copines », s’insurge Adda. Traumatisée, cette dernière est aujourd’hui en fauteuil roulant suite à une tentative de suicide et aurait besoin d’un logement adapté.

Après l’incendie, le labyrinthe

« Normalement, ce sont les propriétaires, via les assurances, qui peuvent trouver des solutions. Mais certains n’avaient pas fait signer de bail à leurs locataires. Ces derniers ont des quittances de loyer pour prouver qu’ils habitaient bien là, mais personne en face pour les prendre en charge », détaille François Piquemal, porte-parole du DAL 31.

Après l’incendie, les familles ont en effet affaire à un labyrinthe dans lequel syndic, propriétaires et assureurs, mais aussi préfecture, mairie et Département se renvoient la responsabilité. « Toulouse se montre une nouvelle fois incapable de pourvoir à son statut de ville pilote du plan Logement d’abord. Si rien ne bouge pour trouver une vraie solution aux victimes restées sur le carreau, nous passerons à des actions plus dures, dans l’ADN du DAL 31 », avertit François Piquemal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.