Un stylet pour maîtriser les pouvoirs de la foudre

JEDI. Jordan Stekke, doctorant à Toulouse, travaille sur un petit appareil capable de reproduire le processus de création des éclairs. Un simple stylet qui placerait le pouvoir de la foudre dans la main de l’homme… et permettrait de tuer les bactéries.

// Par Michael Ducousso

foudre
@-Stekke-Laplace-CNRS-INP-UPS

Que feriez-vous avec le pouvoir de la foudre entre vos mains ? Jordan Stekke, lui, s’en servirait de super désinfectant. Le doctorant de l’ENSEEIHT* travaille au sein d’un consortium pour produire un appareil capable de désinfecter, voire de stériliser le matériel médical. Tout ça grâce au pouvoir des éclairs ou, pour être plus précis, du plasma.

 

Les propriétés insoupçonnées du plasma

« Le plasma représente 98% de l’état de la matière dans notre univers », explique le scientifique. « Toutes les étoiles en sont composées, ainsi que les éclairs. » Les soirs d’orages, en zoomant en très, très gros plan sur la foudre, vous pourriez voir les molécules de gaz, qui composent l’air, se charger en électricité et former ce plasma. Un phénomène impressionnant aux propriétés remarquables.

Certaines industries s’en servent pour découper des pièces d’usines. Jordan Sekke et sa dizaine de collaborateurs, eux, veulent découper les bactéries. Ils ont miniaturisé le processus d’apparition de la foudre : avec un simple stylet, ne nécessitant que quatre volts et un peu de gaz, ils génèrent un rayon de plasma qui lave plus blanc que blanc.

 

Disponible fin 2018 dans tous les bons hôpitaux ?

Pour le personnel médical obligé de stériliser son matériel à l’aide de bains d’acide peracétique et d’autoclaves, l’utilisation de cet appareil serait plus rapide et tout aussi efficace. « Dans le plasma, les molécules vont se recombiner et certaines vont avoir des propriétés oxydantes qui vont attaquer la bactérie », détaille le jeune chercheur. « Celle-ci sera aussi bombardée par un nuage électrique et les UV du plasma, qui ont une action mutagène et vont finir de la détruire. »

Les premiers tests effectués sur différents types de bactéries sont encourageants puisqu’en 15 minutes le stylet en détruit certaines totalement. D’autres, plus résistantes, ne sont éliminées qu’à 99,9% « ce qui est encore trop pour le milieu médical ». Mais Jordan Stekke se montre confiant et espère bien que son stylet à plasma sera commercialisé d’ici la présentation de sa thèse, en novembre 2018.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.